BFM Patrimoine

CAC40: objectif 5.000 points

Retour du CAC40 sur ses niveaux de juin 2008, juste avant la dégringolade de Lehman Brothers.

Retour du CAC40 sur ses niveaux de juin 2008, juste avant la dégringolade de Lehman Brothers. - Frank Perry - AFP

L'indice-vedette de la Bourse de Paris améliore encore son record annuel, retrouvant ses niveaux de juin 2008. Et désormais la voie est toute tracée vers la barre symbolique des 5.000 points.

Juin 2008. Et très précisément, le 13 juin 2008. Une journée particulière… en quelques heures, un grand fond d’investissement, actionnaire de Lehman Brothers annonce que la banque ne vaut plus un clou et qu’il vend ses actions. Quelques heures après, l’enseigne annonce les premières pertes de son histoire. La suite, on la connaît. L’une des plus grosses catastrophes de l’histoire financière. Si on regarde la courbe du CAC40, on voit toujours une glissade vertigineuse de 300 points d’un coup précisément sur cette date du 13 juin 2008.

6 ans et demi pour s’en remettre. Mais le CAC40 y est, et touche au but. On est sur le point d’effacer un pan d’histoire boursière. Certes, il aura fallu passer par une épuration massive des bulles spéculatives sur les marchés, par une crise des dettes souveraines aux multiples fronts, qui dure encore avec la Grèce. Certes il aura fallu lancer des politiques monétaires complètement expérimentales au niveau mondial pour que la sphère économique et financière tienne le coup. Mais ne commence-t-on pas, alors qu’elles sont à leur paroxysme, à voir le bout du tunnel ?

Accélération au 4ème trimestre 2014

Certes on a des marchés financiers presque partout sous perfusion de morphine, ce qui crée de fait des déséquilibres majeurs qu’il va falloir résorber, et le travail est très loin d’être fini. Mais au-delà de ça, le marché actions européen est le plus attractif du moment, pour des raisons mathématiques, avec un différentiel de performance largement en sa faveur par rapport aux actions américaines notamment, mais aussi parce que les sociétés cotées commencent à faire part d’une légère amélioration, après des mois voire des années de crise.

Hormis certains secteurs particuliers, le fil conducteur des dernières publications 2014 est assez net : accélération au 4ème trimestre de l’année dernière (entretenue par le niveau des taux, de l’euro et de la baisse de la facture pétrolière), dont on va désormais guetter la prolongation sur l’année 2015. Et pour l’instant tout le monde semble vouloir y croire, tant les prévisions sont optimistes pour le marché action européen, qui continue de profiter de flux d’investissements très positifs, notamment en provenance des investisseurs internationaux. Tout cela assure une assise, un socle de stabilité pour les marchés, qui va permettre de parier sur l’avenir pour regarder et aller plus haut.

Et si les machines, les ordinateurs bourrés d’algorithmes qui pilotent souvent la tendance, ont de la mémoire (et généralement ils en ont…), ils auront sans doute à cœur de guider le marché vers cette glissade du 13 juin 2008, et de dégager le chemin pour remonter la pente pourtant vertigineuse, mais avec des investisseurs convaincus et sans doute des volumes consistants. Un bond du CAC40 vers 5000 est donc une hypothèse tout à fait plausible, de même que les investisseurs américains commencent à rêver à horizon de quelques mois d’un Dow Jones qui partirait à l’assaut des 20000 points…

Antoine Larigaudrie