BFM Patrimoine

CAC40: nette pression baissière mais repli global contenu.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La secousse chypriote a été ressentie durement ce matin en Asie avec -2,7% de repli à Tokyo, -2% à Hong Kong et -1,5% à Shanghai... mais le choc a été rapidement amorti en Europe et à Paris, où les pertes ont été réd

(CercleFinance.com) - La secousse chypriote a été ressentie durement ce matin en Asie avec -2,7% de repli à Tokyo, -2% à Hong Kong et -1,5% à Shanghai... mais le choc a été rapidement amorti en Europe et à Paris, où les pertes ont été réduite de mitié en moins d'une heure.
Le CAC40 a vite renoué avec les 3.800Pts mais ce palier semble faire office de résistance depuis plus de 4 heures alors que les flux vendeurs sont clairement beaucoup plus nourris que lors des consolidations précédentes, avec plus de 2MdsE échangés à 14H15 (contre 1MdE en moyenne le lundi en début d'après-midi.
Alors que Wall Street ouvre en repli de -0,7% à -1,1% (Nasdaq), le CAC40 cède -1,35% à 3.792Pts et les Bourses européennes décrochent de -1,7% en moyenne dans le sillage d'un Euro en mauvaise posture autour de 1,2920$ (soit un repli de -1,2%).

De nombreux commentaires entendus de Bruxelles à Berlin visent à convaincre les marchés que les mesures adoptées ce week-end par le gouvernement chypriote sont de sa 'propre initiative' et présente de ce fait une caractéristique purement locale, exceptionnelle et non généralisable.
La 'troïka' semble cependant avoir conditionné l'octroi d'un prêt de 10MdsE en faveur de Chypre à une taxe sur les dépôts dans le pays (6,7% pour les encours de moins de 100.000 euros, et de 9,9% au-delà).

Madrid et Milan chutent de 2,1% et -1,9%, Lisbonne de 1,4% et Bruxelles de 1,2%, Francfort perd 1,25%, Zurich 0,9%, Londres et Amsterdam 0,7%.

'Cette taxe sur les dépôts constitue une première qu'il faut comprendre dans le contexte très particulier de Chypre ('paradis fiscal', poids des banques dans l'économie, et suspicion de blanchiment d'argent)', précise Arnaud Poutier, chez IG.

'Cette mesure radicale montre le pouvoir total du politique et génère le risque de 'bank run' face aux dépôts dans les autres pays sous assistance financière', prévient toutefois le professionnel des marchés.

Le marché se focalise d'autant plus sur cette annonce qu'aucune donnée économique majeure n'est prévue ce lundi. Seul a été annoncé un déficit commercial de la zone euro de 3,9 milliards d'euros en janvier 2013 contre un excédent de 10,8 milliards en décembre 2012.

La semaine s'annonce toutefois riche sur le front des indicateurs, avec par exemple les indices ZEW et Ifo en Allemagne, ou les chiffres de la construction immobilière et les indicateurs avancés du Conference Board aux Etats-Unis.

La semaine sera aussi marquée par la réunion de politique monétaire de la Fed, qui devrait se conclure mercredi. 'Ben Bernanke devrait conserver un discours de 'colombe', malgré des indicateurs économiques très positifs à court terme', pronostique-t-on chez Aurel BGC.

Le bureau d'études considère qu'il sera surtout intéressant d'analyser les projections économiques des différents membres du FOMC et leurs attentes sur le niveau des Fed funds dans les prochains mois.

Au sein du CAC40, plombé par des valeurs bancaires qui chutent de -3,8% en moyenne (-5% sur Sté Générale), rares sont les valeurs qui surnagent: STMicroelectronics se distingues avec un gain de 3,8% à 6,1 euros mais Ericsson cède 1,7% à 84 couronnes suédoises sur l'OMX, à la suite de leur accord sur un démantèlement de leur co-entreprise de puces pour mobiles ST-Ericsson.
Safran prend 1,3%, L'Oréal et Essilor grappillent +0,2%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance