BFM Patrimoine

CAC40: net repli sans grand volumes, W-Street recule de 0,6%

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Cela fait 6 ans que cela ne s'était pas produit : le CAC40 (et la quasi totalité des places européennes) entament l'année dans le rouge (comme en 2008... un millésime de sinistre mémoire). Tout avait pourtant bien commenc

(CercleFinance.com) - Cela fait 6 ans que cela ne s'était pas produit : le CAC40 (et la quasi totalité des places européennes) entament l'année dans le rouge (comme en 2008... un millésime de sinistre mémoire).

Tout avait pourtant bien commencé à Paris ce matin avec un test des 4.312Pts d'entrée de jeu... mais les valeurs françaises ne se sont pas maintenues dans le vert plus d'un quart d'heure avant d'entamer une consolidation qui s'est lentement aggravée au fil des heures, jusqu'à atteindre -1,45% à 15 minutes de la clôture, avec un plancher de 4.231Pts.

Pour l'Euro-Stoxx50 (-1,4%), le scénario est à peu près identique, malgré Milan qui se maintient à l'équilibre (-0,3%) tandis que le DAX30, une fois n'est pas coutume, ferme la marche avec -1,6%.
La réouverture de Wall Street n'a pas contribué à réchauffer l'ambiance avec des replis qui s'étagent entre -0,55% pour le Dow Jones et le 'S&P' puis -0,7% pour le Nasdaq ou -0,8% pour le Russel-2000.

Les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage publiées à 14H30 n'ont suscité aucune réaction (-2.000 à 339.000) et les opérateurs n'ont pas davantage été impressionnés par la légère dégradation de l'indice ISM des directeurs d'achats du secteur manufacturier à 57 en décembre (contre 57,3 en novembre).
L'évènement de ce 2 janvier, c'est aussi la chute de -0,9% du $ à 1,363E alors qu'il tutoyait les 1,3840 mardi.

En ce qui concerne les anticipations concernant Wall Street, les avis sont assez partagés entre ceux qui jugent les actions plus que 'correctement valorisée' et ceux qui estiment qu'il n'existe aucune alternative pour les gérants à la recherche de rendement (de par la volonté clairement affichée des banques centrales de maintenir les taux directeurs à 'zéro') et que les indices boursiers ne peuvent que continuer de monter.

'Nouvelle année, nouveau départ', souligne Barclays Bourse. 'Les excellentes performances boursières de 2013 sont désormais derrière nous et nous devons nous interroger sur le potentiel de progression des marchés à court et moyen terme', ajoutent les gérants.

'Les informations relatives à la confiance du consommateur transmises mardi confirment la bonne dynamique outre atlantique alors que la croissance américaine sera un des éléments majeurs de l'analyse en 2014', renchérissent-ils.

Autre bonne nouvelle: la reprise du secteur manufacturier de la zone euro s'accélérait fin d'année 2013, au vu de l'indice PMI final Markit qui se redresse de 51,6 en novembre vers 52,7 en décembre (son meilleur score depuis de 31 mois).
Mais ce n'est qu'une moyenne qui masque de fortes disparités entre l'Allemagne (+1,6Pt à 54,3) et la France qui subit une nouvelle détérioration de la conjoncture dans le secteur manufacturier en décembre: l'indice PMI de Markit se replie de 48,4 en novembre vers 47, affichant ainsi un plus bas niveau depuis sept mois.

Le secteur manufacturier du Royaume Uni ralentit quant à lui modestement son expansion, à en croire l'indice PMI du CIPS et de Markit qui passe de 58,1 en novembre à 57,3.
L'Italie voit son PMI repasser symboliquement au-dessus du seuil technique de croissance des 50.
L'Espagne qui se redresse bénéficie également d'un avantage concurrentiel induit par des salaires en chute libre depuis 2 ans... mais les consommateurs ibériques sont exsangues et le pays n'importe quasiment plus rien de France ou des pays riverains de la Méditerranée.

En Bourse de Paris, Orange plombe le CAC40 avec -2,7%, Veolia affiche -2,45%, Saint Gobain, Vivendi, Sanofi et GDF-Suez perdent conjointement -2,3%, Alstom -2%, AXA et BNP-Paribas -1,9%, Total -1,55%.
Petit rayon de soleil du côté des valeurs automobiles qui progressent après l'annonce par le CCFA d'une hausse de 4,2% des immatriculations de voitures particulières neuves en France au mois de décembre à nombre de jours ouvrables comparable.
L'action Peugeot avance de 3,3% et Renault ne s'effrite que de -0,25%
Le constructeur aéronautique européen EADS change de nom : à compter de ce jour, il s'appelle Airbus Group (+1% pour célébrer l'évènement et nouveau record historique à la clé). Le code mnémonique de la valeur, qui était 'EAD', devient 'AIR'.

Enfin, SECP SA a annoncé qu'a été réalisée une opération de simplification de la structure du groupe Canal+ (-0,5%), par la fusion absorption par Groupe Canal+ SA de sa filiale à 100% Canal+ France, le 31 décembre.

A l'issue de cette opération, Groupe Canal+ SA détient désormais directement 48,5% du capital social et des droits de vote de la société SECP SA.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance