BFM Patrimoine

CAC40: la hausse s'étiole, W-Street indécis, +1,3% sur Euro.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les opérateurs font preuve d'un peu de prudence à la veille du week-end et certains opérateurs tiennent à capitaliser quelques gains après une envolée de +4,5% en une séance et-demie. Le CAC40 (+0,2%) qui culminait vers 3

(CercleFinance.com) - Les opérateurs font preuve d'un peu de prudence à la veille du week-end et certains opérateurs tiennent à capitaliser quelques gains après une envolée de +4,5% en une séance et-demie.

Le CAC40 (+0,2%) qui culminait vers 3.562Pts après tout juste 2 heures de cotations tente à présent de se mintenir au-dessus des 3.520Pt (c'est à dire un niveau proche de l'ouverture).

Wall Street ne semble pas y être pour grand chose car les indices US stagnent depuis l'ouverture et continuent d'évoluer sur une note très incédise avec un Dow Jones qui s'effrite de -0,07%, un Nasdaq qui s'effrite de -0,02% (Intel abaisse sa prévision de C.A au 3ème trimestre) tandis que le 'S&P' progresse de 0,23% à 1.435Pts.

L'avance des places du Vieux Continent (+0,6% à 17H15) s'est progressivement réduite après la publication des 'stats' US et la déception causée par la création de 96.000 emplois en août au lieu de 125.000 espérés après les 200.000 annoncé la veille par ADP (dans le secteur privé).
Plus surprenant, le taux de chômage chute de 8,3 vers 8,1% alors que la population américaine augmente... mais 300.000 personnes ont disparu de la 'population active' au mois d'août, ce qui enjolive clairement le chiffre du chômage.

A Paris, la semaine va s'achever par une progression de +3% du CAC40 (qui tutoie son zénith annuel du 16 mars) mais aussi et surtout par une envolée de +1,7% sur la semaine et de +1,25% pour cette seule séance de vendredi (à 1,28$).
La conjoncture ne s'est pas améliorée en Europe ces 6 derniers mois mais l'action de Mario Draghi écarte le risque d'une explosion -jugée possible fin mai- de l'Eurozone.
Mais un 'Euro fort' ne constitue pas un avantage pour les pays du Sud dans les circonstances actuelles.

Cela n'empêchera pas les marchés de monter si la confiance revient: en terme d'analyse technique, Barclays Bourse souligne qu'un franchissement de la résistance de moyen long terme actuellement vers 3530 points, confirmé par une clôture au-dessus des 3600 points, libérerait un potentiel minimum pour un retour sur les 4000 points.

Après la décision de la BCE hier, les valeurs financières se classent en tête à Paris, à commencer par Crédit Agricole (+7% à 5,36 euros) qui bénéficie en outre d'un relèvement de recommandation de Morgan Stanley et J.P.Morgan. Sté Générale grimpe également de +6,7% mais BNP-Paribas se contente de +2,35%.

Peugeot se place non loin derrière sur le CAC40, grimpant de 5,8% à 6,4E euros, alors que le titre va être retiré de l'indice le 24 septembre prochain, au profit du chimiste belge Solvay.

L'Oréal perd 2,8% à 98,04 euros, dans le sillage d'une dégradation de Morgan Stanley. Il est passé de 'pondérer en ligne' à 'sous-pondérer', en perspective d'un durcissement des conditions d'activité pour le numéro un mondial des cosmétiques les prochains mois.
Le compartiment des spiritueux est vendu avec Pernod-Ricard (-3,3%) et Rmy-Cointreau (-4%).

Air France-KLM s'adjuge 3,1% à 4,3 euros sur le SBF 120, après avoir annoncé un trafic en hausse de 0,6% et un coefficient d'occupation resté à peu près stable à 85,7% en août.

Neopost plonge de 7,9% à 39,5 euros, de loin le plus lourd repli du SBF120, au lendemain de son point d'activité marqué par une croissance d'activité moins forte que prévu.

Faurecia aussi s'inscrit à contre-courant (-2,3% à 14,5 euros), pénalisé par une dégradation de conseil chez UBS de 'neutre' à 'vente', après la surperformance du titre le mois dernier.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance