BFM Patrimoine

CAC40: efface ses gains de lundi, W-Street recule avant FOMC

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Paris (-1,25%) en termine au plus bas du jour à 4.068Pts, dans le sillage de Wall Street (-0,4% en moyenne): il ne reste pas grand chose des +1,5% gagnés la veille par le CAC40 et le comblement du 'gap' des 4.048Pts redevient

(CercleFinance.com) - Paris (-1,25%) en termine au plus bas du jour à 4.068Pts, dans le sillage de Wall Street (-0,4% en moyenne): il ne reste pas grand chose des +1,5% gagnés la veille par le CAC40 et le comblement du 'gap' des 4.048Pts redevient d'actualité. L'Europe est soumise au même régime 'd'ajustements de positions' (à 72H de la séance des '4 sorcières') avec un repli moyen de -1,22% des places de l'Eurozone.

Les indices US basculent depuis 17H dans un scénario plus baissier (-0,5% sur le Nasdaq, -0,4% sur le 'S&P', -0,25% sur le Dow Jones). Côté devises, le Dollar semble stabilisé depuis 48H autour de 1,3750/E: c'est donc la prudence plutôt que des écarts sur les rendements obligataires ou les devises qui engendre une consolidation des actions.

Les heures vont sembler longues d'ici demain 20H. 'Il n'est pas exclu, compte tenu des bons résultats économiques américains, que la Fed ralentisse dès sa réunion des 17 et 18 décembre sa politique de soutien à l'économie américaine', estime Daniel Gravier, directeur général de XTB France.

'Mais que ce ralentissement ait lieu ce mois-ci, en janvier ou en mars, peu importe, tout repose sur la capacité des marchés à avoir déjà intégré cette information de ralentissement du QE3, tant elle est majeure', ajoute-t-il.

'Il semblerait que la majorité des analystes continuent d'anticiper une réduction du soutien de la Fed à l'économie américain en 2014, bien que l'élément de surprise ne soit pas à exclure', souligne Rudolf Muscat, trader cher RTFX.

'Soyons clairs: l'objet n'est pas la réduction des achats d'actifs par la Fed mais la réduction des achats en réussissant à caler les anticipations des investisseurs sur une remontée très tardive des taux d'intérêt', indique Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis Asset Management.

'L'échec de l'annonce de Bernanke au printemps vient de ce qu'il y a eu confusion entre la réduction des achats et la remontée rapide des taux d'intérêt par la suite', précise-t-il.

De son côté, Aurel BGC explique que les prix à la consommation seront au coeur des débats en cette première journée de la réunion du FOMC. La faiblesse de l'inflation est clairement la principale inquiétude des 'colombes' au sein du comité de politique monétaire.

Par ailleurs, on l'a appris ce matin, l'optimisme des analystes et des investisseurs allemands a continué de s'améliorer en décembre pour atteindre son meilleur niveau depuis avril 2006.

L'indice ZEW a grimpé de 7,4 points ce mois-ci pour s'établir à 62 points, alors que les économistes n'attendaient qu'une petite remontée autour de 55 points.

A 14h30 aux Etats-Unis, l'indice des prix pour novembre est ressorti in changé (soit +1,2% en rythme annuel) alors qu'il était attendu en progression marginale de 0,1%.

Du côté des valeurs, Peugeot opère un rebond technique (+3,95%) après avoir perdu plus de 25% en une semaine, entraînant sa filiale Faurecia (+2,1%) dans son sillage.

CGG décroche de 17% après avoir abaissé sa prévision de résultat avant intérêts et impôts (Ebit) pour 2013, invoquant des conditions de marché 'plus difficiles' dans son activité sismique.

Technip abandonne 4,5% dans la foulée et Bourbon -4,15%. A noter également le repli de -2,5% de Vinci et la rechute de -2,5% de Lafarge et de -2% de Schneider, les 2 vedettes de la veille. BNP-Paribas s'intercale à -2,2%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance