BFM Patrimoine

CAC40: clôture plus nettement négative mais volumes anodins.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Une fois n'est pas coutume, la séance s'achève au plus bas du jour... pas de rachat à bon compte en fin de séance: les vendeurs n'ont pas soldé leurs positions et le CAC40 en termine en repli de -0,73% à 4.510Pts, dans un

(CercleFinance.com) - Une fois n'est pas coutume, la séance s'achève au plus bas du jour... pas de rachat à bon compte en fin de séance: les vendeurs n'ont pas soldé leurs positions et le CAC40 en termine en repli de -0,73% à 4.510Pts, dans un volume de 2,6MdsE qui ne traduit cependant pas de vague de dégagement massifs.
Les places européennes lâchent -0,65% en moyenne, Londres limite son repli à -0,2%.
Tout s'est accéléré vers 17H avec un brusque basculement des indices US dans le rouge (ils étaient repassés de de +0,1% à -0,3%... avant de remonter à -0,1% ce soir.
Le FMI a fortement révisé à la baisse ses anticipations de croissance aux Etats Unis de +2,8% à 2% en 2014.
Difficile de cerner quelle 'rumeur' a circulé sur les marchés en fin d'après-midi: elle ne semble pas provenir de la sphère géopolitique puisque le pétrole ne bouge pas (107$) tandis que le Dollar recède quelques fractions (à 1,3570E).

'La perspective d'un durcissement de politique monétaire de la FED plus rapide que prévu et les inquiétudes au sujet de la situation en Irak qui peut avoir une influence à tout moment sur les cours du baril et la reprise mondiale incitent les investisseurs à la prudence', souligne Christopher Dembik, analyste financier chez Saxo Banque.

'Les tensions se font de plus en plus fortes en Irak, où les combats entre insurgés sunnites de l'EIIL et forces gouvernementales plongent petit à petit le pays, à nouveau, dans le chaos', précise Daniel Gravier, directeur général chez XTB France, ajoutant que l'Irak demeure le deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (ou 'OPEP').

Selon lui, le risque que certains champs pétroliers tombent entre les mains des insurgés demeure très élevé, à l'instar de la Libye, où certains ports et terminaux pétroliers ont été, et pour certains sont toujours, occupés par des milices armées.

Par ailleurs, un rendez-vous crucial cette semaine rend les investisseurs nerveux. 'Le comité de politique monétaire de la Réserve Fédérale des Etats-Unis (FOMC) entame une réunion demain, mardi 17 juin, et dévoilera son verdict le mercredi 18 juin à 20 heures (heure de Paris)', indique Vincent Ganne, analyste DailyFX pour FXCM.

Cet après-midi aux Etats-Unis, l'indice d'activité dit 'Empire State' est ressorti à 19,3 ce mois-ci, à peu près stable par rapport à celui de mai. Les économistes attendaient quant à eux une baisse de l'indice autour de 15.

En outre, la production industrielle des Etats-Unis a rebondi de +0,6% en mai (contre -0,3% en avril), le redressement de la production minière ayant plus que compensé le repli du secteur des services collectifs.

Ce matin, a été dévoilé le taux d'inflation annuel de la zone euro qui s'est établi à 0,5% en mai 2014, contre 0,7% en avril, selon Eurostat qui confirme son estimation rapide.

Sur le front des valeurs, Technip prend 0,35%, à la faveur d'un relèvement d'objectif de cours des analystes d'UBS. BNP-Paribas qui tente de négocier une modération de l'amende réclamée par la justice US grappille 0,15%.

Nexity s'adjuge 0,3%, après l'annonce de l'exercice en totalité de l'option de surallocation qui été consentie aux chefs de file de son émission d'Océanes.

Enfin, CGG cédait -0,3% après avoir pris plus de 10% vendredi, dopé par des informations selon lesquelles le groupe aurait fait l'objet d'une proposition de rachat.
Crédit Agricole ferme la marche au sein du CAC40 avec -2,1%, Sté Générale perd -1,6%, de même que le titre Orange.
Alstom qui évoluait en hausse depuis l'ouverture termine négatif de -0,9% alors que l'offre de General Electric sur les activités turbines (3,9MdsE) apparaît moins généreuse que prévu.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance