BFM Patrimoine

CAC40:clôture au +bas, juste avant brusque rebond de WStreet

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Surprise à 17H45, Wall Street enregistrait un spectaculaire sursaut de +1% d'amplitude en moins d'un quart d'heure avec un ' S&P ' qui repassait de -0,7% à +0,4% sur des rumeurs de ' discussions constructives ' entre démo

(CercleFinance.com) - Surprise à 17H45, Wall Street enregistrait un spectaculaire sursaut de +1% d'amplitude en moins d'un quart d'heure avec un ' S&P ' qui repassait de -0,7% à +0,4% sur des rumeurs de ' discussions constructives ' entre démocrates et républicains.

Ce rebond est survenu trop tard pour sauver la mise aux indices européens avec un Euro-Stoxx50 qui plonge de -1,4% sous le support des 2.455Pts et un DAX30 qui chute de -1,3% sous les 7.000Pts.
Quoi qu'il advienne à Wall Street, les supports moyen terme n'ont pas tenu au-delà de l'échéance novembre: la compensation du contrat 'FCE novembre' s'est effectuée sous le support des 3.375Pts... et le CAC40 perd 1,2% à 3.341Pts (soit -2,4% en 'hebdo'), ce qui entérine la cassure de seuils graphiques très surveillés et bien défendus depuis fin septembre (et avec un peu plus de volumes mais 2,8MdsE reste un score très modeste pour une séance des 3 sorcières).

L'Euro-Stoxx50 qui perd 1,15% enfonce nettement les 2.450/2.455, dans le sillage de Wall Street qui enchaine les séances de repli: le 'S&P' lâche -0,7% et le Nasdaq -0,9%.
Les indices US vont finir la semaine sur un cumul de baisse voisin de -3% (ils perdent -7,5% à -8% depuis 1 mois, le titre Apple perd 25%).

Côté macroéconomie, le chiffre du jour n'a pas rassuré les investisseurs: pénalisé par l'ouragan Sandy, la production industrielle a baissé de 0,4% aux Etats-Unis au mois d'octobre (les économistes anticipaient malgré tout une modeste hausse de l'ordre de 0,2%) après une hausse de 0,2% en septembre, mois pour lequel une progression de 0,4% avait été annoncée initialement.
Le tableau n'est pas plus brillant en Europe: 'L'annonce d'une entrée formelle en récession de la zone euro a pesé sur le moral des investisseurs', indique Aurel BGC.

'Nous sommes réalistes, la situation économique de la zone euro ne va pas s'améliorer rapidement', souligne pour sa part Barclays Bourse.
Les incertitudes sur le 'fiscal cliff' n'affectent pas le Dollar qui a repris sa progression à 1,2700 (et même 1,2690 au plus haut) contre Euro.

Les gérants attendent en vain des avancées sur plusieurs dossiers: le déblocage de la tranche d'aide à la Grèce de 31 milliards d'euros à la fin du mois, une demande d'aide de l'Espagne après l'inflexion du discours de la Commission européenne en matière de contrepartie à une aide au pays.
Les bonnes nouvelles pourraient venir des Etats Unis où il existe des possibilités de consensus entre Républicains et Démocrates sur la suspension des coupes automatiques dans les dépenses... mais aucun déblocage de la situation en vue sur la question de la fiscalité des plus riches.
NFinance précise qu'aujourd'hui, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, Barack Obama et les représentants des deux chambres se rencontreront afin de rentrer dans le vif du sujet du 'fiscal cliff' et du rallongement du plafond de la dette'.

Du côté des valeurs, STMicroelectronics perd 1% alors que Bloomberg affirme que le groupe aurait renoncé à scinder en deux ses activités. Le fabricant de semi-conducteurs a fermement démenti l'existence d'un tel projet.
Areva chute de -2,4% et Alcatel-Lucent, évincé de l'indice MSCI World continue de subir des ventes techniques (-5% et -13% sur la semaine).
Parmi les grands perdants des 5 dernières séances, on retrouve Aperam (-10%), Natixis (-9,1%), Air-France (-8%), Alstom (-7,5%), Véolia (-6,6%)... et Dexia se désintègre de -28% à 0,13E).
Inversement, Vivendi fait figure d'exception avec +4,9%, loin devant Publicis avec +1,3%.

Les valeurs de l'automobile ont bien résisté malgré l'annonce d'un ralentissement de la chute du marché européen, avec des immatriculations en recul de 4,8% en octobre, soit sensiblement moins qu'en septembre (-10,8%). Mais paradoxe, c'est Renault avec la chute de -21% de ses ventes qui prend 1,15% et c'est Peugeot (qui limite la casse à -5%) qui chute de -1%.
Natixis poursuit sa dégringolade et lâche -5%, Nicox perd -6,4%.
Hors SBF-120, Rodriguez Group lâche 12,2% à moins de 3,5 euros, après avoir réalisé un chiffre d'affaires de 77,87 millions d'euros sur l'exercice passé, contre 100,06 millions d'euros en 2010/2011.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance