BFM Patrimoine

CAC40: attendu sur une note hésitante avant l'Eurogroupe.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Après avoir gagné près de 1% à 4695,6 points, le CAC40 est attendu sur une note hésitante à l'ouverture, par prudence alors que les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir ce soir pour aborder la question

(CercleFinance.com) - Après avoir gagné près de 1% à 4695,6 points, le CAC40 est attendu sur une note hésitante à l'ouverture, par prudence alors que les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir ce soir pour aborder la question de la dette grecque.

Mardi soir à Wall Street, le Dow Jones a terminé la séance sur un gain de 0,8% à 17.868,8 points, le S&P500 s'est adjugé 1,1% à 2.068,6 points et le Nasdaq Composite a grimpé de 1,3% à 4.787,6 points.

'Les indices américains ont progressé alors que les investisseurs évaluaient les discussions sur la dette entre la Grèce et la zone euro', rappelle Wells Fargo Advisors, qui pointe aussi la contribution de résultats positifs comme ceux de Coca-Cola.

'Cette journée sera dominée par la réunion de l'Eurogroupe - ou comment la Grèce peut apaiser ses créanciers - le calendrier s'annonçant par ailleurs relativement calme', souligne Tony Cross, analyste marchés chez Trustnet Direct.

Le calendrier des statistiques s'annonce en effet léger, puisque les opérateurs ne prendront connaissance que de la balance des paiements en France pour le mois de décembre ce matin, puis des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis cet après-midi.

La question grecque restera donc au centre des préoccupations, alors que selon des rumeurs qui ont soutenu les marchés mardi, Bruxelles s'apprêterait à proposer une 'rallonge' de six mois dans le cadre du plan d'aide à la Grèce.

'Toutefois, le ministre allemand des finances Wolfgang Schaeuble a suggéré que les marges pour des négociations étaient étroites', prévient toutefois IG. 'Les dirigeants s'inquiètent du précédent que ceci pourrait créer pour d'autres nations jugées irresponsables'.

En attendant, les opérateurs seront attentifs à des publications de résultats comme ceux de la banque néerlandaise ING, puis du groupe de médias Time Warner et du groupe agroalimentaire Pepsico aux Etats-Unis.

A Paris, Eiffage a fait état ce mardi après Bourse d'un chiffre d'affaires d'environ 3,8 milliards d'euros au titre du quatrième trimestre, en recul de 2,7% sur un an. Le carnet de commandes demeure néanmoins solide à 11,8 milliards d'euros au 1er janvier 2015.

Rubis affiche pour l'ensemble de l'exercice 2014 un chiffre d'affaires en augmentation de 1% à 2,79 milliards d'euros, pour des volumes globaux en hausse de 2% (dont +2% chez Rubis Énergie et +3% chez Rubis Terminal).

Orpea a enregistré une progression de 21,2% de son chiffre d'affaires en 2014, hausse deux fois supérieure à l'objectif de début d'année notamment grâce aux acquisitions stratégiques en Suisse et en Allemagne.

Le groupe de biens de consommation courante Bic affiche pour 2014 un résultat net part du groupe de 262,1 millions d'euros, en croissance de 8,5%, pour un chiffre d'affaires en hausse de 4,8% à 1.979,1 millions.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance