BFM Patrimoine

CAC40: +6% en 7 séances, vite une 8ème en un test des 4.350.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Comme à la parade, la bourse de Paris va aligner sa 7ème séance de hausse consécutive. Le CAC40 affiche +0,6% à 4.307Pts (contre 4.324 au plus haut du jour), et les opérateur visent déjà une 8ème séance de hausse et l

(CercleFinance.com) - Comme à la parade, la bourse de Paris va aligner sa 7ème séance de hausse consécutive.
Le CAC40 affiche +0,6% à 4.307Pts (contre 4.324 au plus haut du jour), et les opérateur visent déjà une 8ème séance de hausse et le retracement du zénith des 4.350Pts !
L'Euro-Stoxx50 affiche +0,8% et refranchit les 3.100 malgré des indices US qui affichent des performances divergentes avec -0,2% sur le Dow Jones et une hausse symétrique du Nasdaq.

Ce rallye qui n'est relié à aucun 'fondamental' est 'technique' affirment les chartistes... ou autrement dit, c'est totalement artificiel mais il n'y a qu'à suivre la tendance, rien que la tendance, et s'abstenir de chercher en vain des 'causes réelles', ce qui de toute façon importe peu dans un marché de flux.

De 4.080 à 4.324 en ligne droite: +244Pts repris -soit +6%- et un retour au contact du zénith du 18/11/2013, cela tient du prodige !

Aucun des problèmes structurels affectant les pays émergents, sources de la correction de janvier ne sont réglés mais pour les marchés, c'est déjà de l'histoire ancienne et le rallye haussier ressemble à un copier/coller de celui du 13 au 30 décembre.

C'est exactement la même figure, la même amplitude, la même négation algorithmique de toute psychologie humaine (aucune prise ne compte des 'stats' négatives), la même déconnection par rapport aux 'éléments d'actualité' (chômage US, baisse de la production en Europe, déficit commercial au Japon malgré un yen au plus bas)... et les mêmes opérateurs qui 'payent' sans savoir pourquoi et surtout parce ça va trop vite et parce qu'ils n'ont pas le choix.

Mais comme il faut toujours 'rationaliser' même ce qui est d'évidence excessif et irrationnel, le prétexte du jour, c'est le relèvement technique du plafond de la dette US (un report du débat de fond à mars 2015 était pourtant déjà acquis) et les déclarations de Mark Carney 'qui a fait ce matin son possible pour soutenir les marchés', souligne Vincent Ganne, analyste DailyFX pour FXCM.

Mettant en lumière la volonté des patrons de banque centrale d'entretenir l'optimisme général sur les marchés, le professionnel rappelle que nous avons pris connaissance à 11h30 du rapport de la Banque d'Angleterre sur la conjoncture économique britannique et les perspectives d'évolution des prix.

Ainsi, la banque centrale se montre très optimiste sur le niveau de la croissance et les perspectives de plein emploi à horizon 2017, sans pour autant évoquer une hausse des taux d'intérêt.

'Après le relèvement du plafond de la dette US jusqu'en 2015, les marchés actions sont en train d'effacer la baisse de la fin janvier', indique Vincent Ganne.

'L'horizon se dégage à court terme, même si les indices actions devront sans doute souffler après un fort rebond depuis une semaine', estime pour sa part Barclays Bourse.

Ce matin, les investisseurs ont appris que la production industrielle a reculé de 0,7% tant dans la zone euro que dans l'Union européenne en décembre 2013 par rapport à novembre, selon les estimations d'Eurostat... mais c'est comme si ce chiffre n'était jamais paru !

Sur le front des valeurs, Société Générale s'adjuge près de 5,25%, après avoir dégagé un résultat net part du groupe de 322 millions d'euros au 4ème trimestre, contre un consensus de l'ordre de 150 millions.

Bic grimpe de 5,8%, après avoir déclaré à l'occasion de la publication de ses résultats annuels aborder avec confiance l'année 2014. Son dividende ordinaire va progresser de 1,6%.

Mais la plus forte hausse du SBF 120 revient à Technicolor (+8,4%), dopé par l'annonce hier d'un accord de licences avec LG pour l'utilisation de ses brevets dans les smartphones et les tablettes du groupe.

Total prend 0,8%, après avoir terminé son exercice 2013 sur un résultat net part du groupe en baisse de 20% à 8,4 milliards d'euros, soit 4,73 euros par action.

Faurecia avance de 6%, alors que le groupe prévoit pour l'exercice 2014 une hausse de son chiffre d`affaires entre 2 et 4% (à taux de change constants), une progression de sa marge opérationnelle entre 20 et 50 points de base et un cash flow net positif.

Vinci s'adjuge 0,4%, après être entré en négociation exclusive avec Ardian et Crédit Agricole Assurances, pour la création d'une société commune qui détiendrait 100% du capital de Vinci Park.

Imerys grimpe de 3,3%, après que le groupe spécialisé dans les minéraux a annoncé le lancement d'une OPA sur le groupe américain AMCOL International estimée à 1,2 milliard d'euros, soit le quart de la valeur actuelle du groupe.

Enfin, UBS passe d'achat' à 'neutre' sur Airbus Group (-0,5%) et abaisse l'objectif de cours à 55 euros, contre 59 euros précédemment.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance