BFM Patrimoine

CAC40: 4ème séance de hausse d'affilée après piètres statsUS

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Avec le timide soutien de Wall-Street (repassé dans le vert depuis 16H30), la Bourse de Paris duplique littéralement le scénario de la veille avec un long épisode de consolidation sans intensité suivi d'un retour en territo

(CercleFinance.com) - Avec le timide soutien de Wall-Street (repassé dans le vert depuis 16H30), la Bourse de Paris duplique littéralement le scénario de la veille avec un long épisode de consolidation sans intensité suivi d'un retour en territoire positif à 90 minutes de la clôture (le DAX ressort également du rouge à +0,05%, l'Euro-Stoxx50 affiche +0,08%).

Une fois encore, ce sont de médiocres statistiques US qui remotivent les acheteurs: le risque de hausse de taux avant fin 2015 aux Etats Unis s'éloigne (la FED a déjà repoussé la perspective d'un resserrement monétaire à la rentrée).

La CAC 40 grappille désormais 0,2% à 5.144 points et un zénith intraday vient d'être inscrit à 5.149Pts: il va donc inscrire une quatrième séance consécutive de hausse, ce en dépit du fait que les discussions avec Athènes 'achoppent toujours sur le volet des retraites et du marché du travail', expliquaient ce matin les équipes de Barclays Bourse.

De l'autre côté de l'Atlantique, les indices US sont comme figés (à l'équilibre pour le 'DOW' à +0,01% et le 'S&P' grappille +0,25%) et cela dure depuis 3 séances.
Les 'minutes' de la Fed publiées mercredi soir n'ont que partiellement rassuré les investisseurs, l'institution ayant indiqué qu'elle comptait attendre jusqu'à juin pour collecter suffisamment de données attestant de la robustesse de la croissance avant d'envisager une évolution de sa politique monétaire.

S'agissant des indicateurs, ils sont tous négatifs ce jeudi, aussi bien en Europe qu'aux Etats Unis.
L'indice PMI Markit 'composite' de la zone a recule à 53,4 points au mois de mai, soit 0,5 point de moins que le mois dernier et un deuxième repli de rang. En Allemagne, la chute est beaucoup plus sévère qu'attendue, à 52,8 contre 54,1 en avril, la France affiche une progression de 0,4Pts à 51 contre 50,6.

Aux Etats-Unis, le Département du Travail a comptabilisé 274.000 nouveaux inscrits hebdomadaires au chômage, contre 264.000 au terme de la semaine précédente et un consensus de 270.000.
L'indice Philly Fed des conditions d'activité industrielle de la Fed de Philadelphie a également déçu, reculant de 0,8 point en séquentiel à 6,7 points ce mois-ci, contre une hausse autour de 8 points attendue.

De même, les ventes de logements anciens ont baissé de 3,3% le mois dernier aux Etats-Unis pour s'établir à 5,04 millions d'unités en rythme annualisé, alors que les économistes espéraient une petite augmentation, à un peu plus de 5,2 millions. Ce chiffre apparaît 'décalé' par rapport à l'envol de +20% des mises en chantier au cours de la même période: l'un des deux ne reflète pas la réalité, mais lequel ?

La seule 'bonne surprise' provient de l'indice des indicateurs avancés qui a augmenté plus que prévu en avril aux Etats Unis, selon le Conference Board. Il a en effet crû de 0,7% à 122,3 points alors que les économistes anticipaient une hausse moyenne de 0,3%.

Sur le marché des changes, l'euro regagne du terrain face au dollar et s'échange autour de 1,1136 (+0,4%). Dans le même temps, les prix du baril progressent nettement (+2,3% à 60,3$ sur le NYMEX), ce qui profite à Technip (+2,2%, leader du CAC 40), à Total (+1,1%) et à CGG (+1,9%).
Au sein du SBF-120, la vedette du jour s'appelle BIC, avec un gain de +4,4%

L'action Rubis lâche à l'inverse 2,3%, soit la plus forte baisse du SBF 120, après avoir annoncé hier le lancement d'une augmentation de capital.

Enfin, Séché Environnement (+3,9%) a acquis auprès de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) un bloc d'actions représentant 9% de son propre capital dans l'objectif d'annuler les titres.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance