BFM Patrimoine

CAC40: +0,6%,perte hebdo de -2,1%, W-Street plombé par Apple

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Paris (+0,6% à 3.430Pts, soit -2,1% hebdo) tient sa hausse de veille de week-end, contrairement à Wall Street qui recule de -0,3% malgré la publication d'un PIB US en hausse de +2% en 3ème trimestre: le manque apparent d'ent

(CercleFinance.com) - Paris (+0,6% à 3.430Pts, soit -2,1% hebdo) tient sa hausse de veille de week-end, contrairement à Wall Street qui recule de -0,3% malgré la publication d'un PIB US en hausse de +2% en 3ème trimestre: le manque apparent d'enthousiasme des marchés US tranche avec le net redressement des places européennes observé après ce chiffre (l'Euro-Stoxx50 affiche +0,35%).

Dans le détail, l'activité économique aux Etats Unis reste soutenue pour plus d'un tiers par les dépenses de l'état (commandes du Pentagone notamment)... et puis, il s'agit d'une estimation préliminaire: celle du T2 avait annoncée à +1,7%, elle a été revue au final à +1,3%.

En Europe, les chiffres la matinée ne sont guère engageants : en Espagne, le taux de chômage atteint maintenant le quart de la population active et 5,78 millions de personnes, en hausse de 0,4 point de pourcentage sur un mois.

Le sentiment n'est pas plus positif dans l'Hexagone : en France, la confiance des ménages a légèrement diminué en octobre par rapport à septembre. A 84, l'indicateur qui la synthétise perd un point, poursuivant la baisse entamée depuis mai, de sept points au total, et reste inférieur à sa moyenne de longue période.

Les valeurs bancaires signent les plus fortes baisses, alors que S&P a revu ses notes sur les principaux établissements de l'Hexagone, craignant une longue récession dans 1,52%, suivi par Société Générale et BNP Paribas (-1%).

L'agence de notation a abaissé ses notes sur Banque Solfea et Cofidis, mais surtout sur BNP Paribas (-1,5%), passant de 'AA-' à 'A+'. 'La baisse de la note de BNP Paribas est évidemment négative pour la banque qui quitte la zone des AA', soulignent ce matin les analystes d'Aurel BGC. Dans son communiqué, S&P précise avoir également ramené de 'stable' à 'négative' sa perspective sur les notes de BPCE, Crédit Agricole (-2,5%), La Banque Postale et Société Générale (-1,2%).

Les valeurs liées à la technologie, comme STMicroelectronics (-1,4%), sont également en difficulté après les résultats trimestriels décevants d'Amazon et d'Apple (le premier gagne +1,5% après avoir chuté de -8% après ses résultats hier soir en 'hors séance', le second perd -1,3% et se rapproche du seuil psychologique des 600$).

PPR (+4,15%) s'illustre à la hausse après avoir a publié des ventes en ligne avec les attentes au 3ème trimestre et déclaré que les négociations pour la cession de Redcats étaient bien avancées.
Saint Gobain gagne également +2,1% malgré un ralentissement des résultats aux Etats Unis.
Sanofi reste ce soir le principal contributeur à la hausse avec +2%, LVMH complète le quinté gagnant avec +1,9%.

Le chiffre d'affaires des activités poursuivies de Technicolor (+4,7%) a atteint 928 millions d'euros au troisième trimestre 2012, en hausse de 10,9% à taux de change courants (6,0% à taux de change constants) par rapport au troisième trimestre 2011. Sur 9 mois, le chiffre d'affaires s'inscrit à 2 575 ME contre 2 396 ME l'année dernière.

Publicis (0,9%) a enregistré au 3ème trimestre de l'exercice 2012 une croissance organique de ses ventes de 2% à 1,6 milliard d'euros, ce qui marque un léger ralentissement par rapport à la tendance constatée sur neuf mois (+ 2,5% à 4,7 milliards). Le groupe table toujours sur une marge opérationnelle stable cette année, et sur son amélioration à terme de 200 à 400 points de base.

Les analystes de Nomura ont doublement rétrogradé leur conseil sur l'action France Telecom (-0,4%) après que l'opérateur télécoms historique français ait fait état de ses ventes du 3ème trimestre et abaissé son futur dividende.

A l'issue du Comité Central d'entreprise de ce jour, la direction de PSA Peugeot Citroën (-1,2%) et l'ensemble des organisations syndicales représentatives sont convenus d'engager des négociations sur les dispositifs d'accompagnement du plan de restructuration avec pour objectif de conclure un accord d'ici la fin de l'année.

Dans le cadre d'une note sectorielle, le bureau d'études Bryan, Garnier & Co. a relevé ce matin son opinion l'action de l'assureur AXA de 'neutre' à 'achat', la juste valeur associée au conseil étant de 15,50 euros.

A noter que le pétrole reste orienté à la baisse (-0,5% à 85,65$ à New York) malgré la hausse estimée à +2% du PIB US.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance