BFM Patrimoine

CAC 40 : parité et diversité s’appliquent difficilement

la Bourse de Paris

la Bourse de Paris - -

RMC vous révèle ce vendredi en exclusivité une étude sur la parité et la diversité dans les entreprises du CAC 40. En termes de parité, seule Publicis joue le jeu avec 50% de femmes dans son conseil d’administration.

On est encore loin de la parité dans les conseils d’administration des grandes entreprises. C’est le même constat en ce qui concerne la diversité dans les groupes du CAC 40. Selon une étude réalisée au mois d'octobre par le think-tank République & Diversité, en partenariat avec le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), une grande majorité des entreprises ne respectent pas la loi.

Les enseignements concernant la parité

Seule une entreprise respecte le 50-50 dans son conseil d'administration (CA): Publicis. Safran et la Société Générale complètent le podium, avec 37,5% de femmes dans leurs CA et conseils de surveillance (CS). A l'autre bout du classement, EADS fait figure de cancre : le géant aéronautique ne compte pas une seule femme dans son conseil d’administration.
Les objectifs de la loi Copé-Zimmermann ne sont donc pas encore atteints. Voté en 2011, ce texte impose 20% de femmes dans les CA en 2014, 40% en 2017, sous peine de sanctions financières. Si la loi était appliquée en ces termes aujourd'hui, 39 entreprises du CAC 40 seraient donc sanctionnées.

Les enseignements concernant la diversité

En revanche, aucune loi n’obligeant les entreprises à intégrer des personnes issues de la diversité dans leur CA, peu d’entreprises se sont a fortiori imposé cette règle.
Ainsi, 21 entreprises du CAC 40 ne comptent pas la moindre personne issue de la diversité dans leurs CA et CS. Parmi elles, Total, Bouygues, BNP Paribas, Carrefour, L'Oréal, LVMH, Michelin, Vivendi et bien d'autres... comme Publicis. Paradoxalement, si l’entreprise respecte la parité, la diversité n’est pas son point fort.
Globalement, le taux moyen des personnes issues de la diversité dans les CA et CS des entreprises du CAC 40 plafonne à 4,5%. Contrairement à la parité, aucune loi n'oblige les entreprises à compter des personnes issues de la diversité dans leurs conseils décisionnaires. L'étude sera de nouveau menée l'an prochain, pour constater des progrès ou des régressions dans les domaines de la parité et de la diversité.

« Des habitudes pour rester dans le même milieu »

« Ce ne sont pas les compétences qui manquent parmi les femmes ni parmi les personnes issues de la diversité, explique Louis-Georges Tin, président de République & Diversité et auteur de cette étude. Seulement, il y a des habitudes pour que l’on reste dans le même milieu et d’ailleurs ça se voit très bien dans notre étude. On voit que les personnes qui sont dans un Conseil d’administration (CA) d’une entreprise, le sont aussi dans le CA de l’entreprise suivante. On s’échange, on s’entretien dans un même petit milieu. On ne s’ouvre à personne. C’est l’inertie sociale et la reproduction des héritiers se fait d’année en année ».

« La diversité se limite au poste de directeur de magasin »

Smaïl Aït-Amane est délégué CFDT de Carrefour. Comme 21 sociétés du CAC 40, son entreprise réalise un zéro pointé en termes de présence de personnes issues de la diversité au sein de son CA. Le syndicaliste n'est pas surpris de ce constat : « Pour les personnes issues de la diversité, ça se limite au poste de directeur de magasin, constate-t-il sur RMC. Je crois qu’il y en a un ou deux sur toute la France. Si dans les magasins de la région il y avait des gens issus de la diversité ce serait déjà bien. Ensuite, au conseil de surveillance, ce serait la cerise sur le gâteau. Mais il faut déjà qu’ils fassent des efforts à la base. En France, nous sommes près de 80 000 salariés et il y a toutes les couleurs de peau. C’est dommage qu’on ne retrouve pas tout ça au niveau des hautes sphères de l’entreprise ».

T. de Dieuleveult avec B.Smadja