BFM Patrimoine

CAC 40: déteste le manque de clarté chez la BCE.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le discours de Mario Draghi hier a laissé un goût amer aux investisseurs, un peu dépités par tant d'ambigüité. Vers 14h00, le CAC 40 recule de 0,2% à 3695 points, tandis que le FTSE et le DAX avancent tous deux de 0,2%. L

(CercleFinance.com) - Le discours de Mario Draghi hier a laissé un goût amer aux investisseurs, un peu dépités par tant d'ambigüité.

Vers 14h00, le CAC 40 recule de 0,2% à 3695 points, tandis que le FTSE et le DAX avancent tous deux de 0,2%.

La BCE fait perdre patience au marché. 'Le discours tenu par Mario Draghi lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion du conseil des gouverneurs destinée à l'examen de la politique monétaire est plus ambigu que jamais', souligne Aurel BGC.

'Cette conférence de presse nous laisse un peu sur notre faim', regrette le bureau d'études. 'La situation s'est améliorée, mais les risques perdurent et l'incertitude reste élevée. Les banquiers centraux européens ne ferment pas la porte à une prochaine baisse du refi, mais ils ne font rien, non plus, pour entretenir les anticipations.'

Cet après-midi, à 14h30, les investisseurs prendront connaissance aux Etats-Unis de la balance commerciale pour novembre et des prix à l'importation pour décembre.

'Le déficit commercial américain devrait s'être légèrement creusé au mois de novembre', prévoit Aurel BGC. 'Certes, les exportations devraient profiter d'une hausse des livraisons de Boeing et les 'effet prix' sont très légèrement favorables au solde commercial, avec un recul des prix du pétrole, mais les importations seront plus soutenues grâce à une demande intérieure solide aux Etats-Unis', estiment les spécialistes.

Accueilli avec enthousiasme ce matin, le gouvernement japonais a présenté un plan de relance devant permettre la création de 600.000 emplois et l'apport de deux points de croissance.

Sur le front des valeurs, Capgemini gagne 3,4% à 34,6 euros, alors que son homologue indien Infosys a annoncé des résultats trimestriels et des objectifs jugés 'encourageants'. Le secteur profite également de la bonne orientation de l'allemand SAP à Francfort après le lancement de sa Business Suite sur sa base de données Hana.

EDF lâche 2,1% à 13,5 euros, dans le sillage d'une dégradation de Crédit Suisse, passant de 'neutre' à 'sous-performance', avec un objectif de cours ramené de 14 à 12 euros.

Michelin recule de 2% à 69,9 euros, tandis que Goldman Sachs a dégradé sa recommandation sur la valeur à 'vendre', contre 'neutre' précédemment, avec un objectif de cours de 60 euros, contre 78 euros.

Valeo grimpe de 2,9% à 38,8 euros, alors que Goldman Sachs est toujours à l'achat mais a ajouté la valeur à sa liste de convictions et a remonté l'objectif de cours à 51 euros, contre 49 euros précédemment.

Faurecia s'adjuge pour sa part 5,3% à 14,1 euros, toujours grâce à Goldman Sachs qui recommande désormais l'achat, contre une opinion 'neutre' précédemment, assorti d'un objectif de cours de 17,5 euros, contre 13,7 euros.

Bénéteau accuse un repli de 1,3% à huit euros, suite à l'annonce du chiffre d'affaires des trois premiers mois de l'exercice 2012-2013, en hausse de 1% par rapport aupremier trimestre 2011-2012, à 96,2 millions d'euros.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance