BFM Patrimoine

BSG Resources: Beny Steinmetz et BSG Resources assignent en justice FTI Consulting et Lord Malloch-Brown

BFM Patrimoine
La société limitée BSG Ressources («BSGR» ou «le Groupe») et M. Beny Steinmetz annoncent qu'ils ont engagé une procédure judiciaires, devant la Haute Cour du Royaume-Uni, contre la société limitée FTI Consulting

La société limitée BSG Ressources («BSGR» ou «le Groupe») et M. Beny Steinmetz annoncent qu'ils ont engagé une procédure judiciaires, devant la Haute Cour du Royaume-Uni, contre la société limitée FTI Consulting («FTI»), le bureau londonien de la société de consulting et l'ancien conseiller professionnel de la société BSGR, et contre Lord Malloch-Brown, connu précédemment sous le nom de Mark Malloch-Brown, ancien vice-secrétaire général des Nations-Unis et président de la société FTI en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. La société FTI a été nommée par BSGR en tant que conseiller en matière des Relations Publiques en mai 2009.

Le procès est engagé contre la société FTI pour violation de son obligation de loyauté et son obligation contractuelle, et poursuit Lord Malloch-Brown pour violation de l'obligation de confidentialité, incitation à la violation du contrat, et pour diffamation. Elle poursuit conjointement FTI et Lord Malloch-Brown pour s'être ensemble abstenus de dévoiler à BSGR un conflit d'intérêts. L'ensemble de ces faits se sont déroulés entre 2009 et 2012.

La demande en justice stipule en détail que FTI et Lord Malloch-Brown ont agi illicitement contre les intérêts de la société BSGR et, s'agissant de Lord Malloch-Brown, il a eu de nombreux intérêts opposés, en particulier en ce qui concerne sa relation avec M. George Soros et ses ONG, dont certaines ont été (et sont) impliqués dans une campagne de diffamation contre BSGR.

Les demandeurs estiment qu'à un moment donné lorsque l'entreprise de Lord Malloch-Brown (FTI) a été engagée comme principal conseiller sur des questions de réputation et d'autres sujets, il agissait de manière illégale et en collusion avec M. Soros et lui fournissait des informations confidentielles. Ceci a abouti à ce que Lord Malloch-Brown, sous la pression de M. Soros, fasse en sorte que FTI mette un terme à sa relation avec BSGR en novembre 2012.

Les informations relatives à l'usage abusif des informations confidentielles par FTI et Lord Malloch-Brown ont été obtenues sur le fondement de la loi de protection des données de 1998 et se reposent sur les archives électroniques propres à FTI. Les demandeurs estiment que les actes de Lord Malloch-Brown sont d'autant plus choquants qu'il a été auparavant un ministre d'État dans le gouvernement britannique et vice-secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

Contexte

BSGR est une société internationale en matière d'exploitation de ressources minières et naturelles (voir ci-dessous). BSGR a été un investisseur actif en Guinée depuis l'année 2006, avec des projets d'exploration en minerais de fer, en bauxite et en uranium, qui ont conduit à la découverte du gisement de minerais de fer Zogota . En décembre 2008, BSGR a obtenu un permis de recherche couvrant les blocs 1 et 2 de la région lointaine de Simandou au sud-est de la Guinée. BSGR a investi plus de 160 millions de dollars de capital, sur Zogota et les blocs 1 et 2 à la fois, sans aucune certitude de succès.

En mars 2010, suite aux négociations avec le gouvernement de la Guinée («GoG»), un accord de concession a été signé prévoyant un projet en deux phases comprenant les gisements de minerais de fer de Zogota et les blocs 1 et 2 de Simandou. Le contrat de concession, qui est publié en ligne, adhère aux meilleures pratiques minières internationales et engage les parties à une voie d'exportation à travers le Liberia voisin. L'étude de faisabilité menée par BSGR a démontré que ce projet de classe mondiale solliciterait un programme d'investissement de plusieurs milliards de dollars qui prévoit la construction d'un chemin de fer à travers le Libéria et un port en eau profonde. En 2010, BSGR a conclu un accord avec Vale SA du Brésil, l'une des sociétés pionnières mondiales en matière de mines, qui a acheté une part dans le projet et a créé une nouvelle société conjointe, VBG, qui par la suite s'est engagée à investir 10 milliards de dollars dans le projet.

En décembre 2010, M. Alpha Condé est devenu président de la Guinée après une élection contestée. Depuis lors, il a manqué à sa promesse de tenir des élections parlementaires et le pays est en ébullition. M. Condé, conseillé par M. Soros et les entités de Soros, a pris des positions sur le nationalisme des ressources et la révision des contrats qui ont malheureusement cessé tous les grands projets d'exploitation minière dans le pays, y compris le projet de VBG.

Les organisations liées et financées par M. Soros ont émis des diffamations entières sans fondement contre BSGR dans une tentative pour justifier la cessation incompréhensible des investissements miniers en Guinée.

L'impact a été de suspendre des projets qui auraient permis de créer des milliers d'emplois en Guinée et endommager massivement les perspectives de l'économie guinéenne et l'investissement international en Guinée.

La demande en justice

La demande contre FTI et Lord Malloch-Brown stipule que:

  • FTI a été désignée par BSGR en tant que conseiller des Relations Publiques en mai 2009;
  • FTI était confrontée à un conflit d'intérêts très grave depuis le mois de septembre 2010, lorsque Lord Malloch-Brown a rejoint en tant que président pour l'Europe, le Moyen-Orient et l Afrique et ce conflit n'a délibérément jamais été révélé à BSGR qui rémunérait FTI en honoraires;
  • Lord Malloch-Brown avait (et a encore) une relation personnelle et professionnelle proche avec M. Soros et les ONG qui finançait, qui ont été impliquées dans une campagne de diffamation contre BSGR. En effet, Lord Malloch-Brown a été impliqué dans le financement de ces mêmes ONG;
  • Lord Malloch-Brown a fourni à M. Soros, aux ONG financées par ce dernier, et aux journalistes, des informations confidentielles propres à BSGR et FTI.
  • Au cours de l'exécution du contrat conclu entre BSGR et FTI, Lord Malloch-Brown a divulgué des fausses allégations, diffamatoires et très préjudiciables sur BSGR, malgré le fait que lui-même ainsi que FTI sont tenus d'agir en faveur des intérêts de BSGR;
  • En novembre 2012, Lord Malloch-Brown a provoqué, sous la pression de M. Soros, a fait en sorte que FTI mette un terme à sa relation avec BSGR sans préavis;
  • Le contrat conclu entre BSGR et FTI a été résilié parce que M. Soros avait exercé des pressions sur Lord Malloch-Brown pour faire cela, notamment, le recours à des allégations fausses et diffamatoires , à l'encontre de la volonté de l'équipe du compte de FTI;
  • Le moment de la résiliation a été choisi pour exercer une impression tout à fait fausse selon laquelle FTI avait des préoccupations légitimes concernant les pratiques commerciales de BSGR. En effet, la résiliation est avait pour seul objectif de faciliter les actes de M. Soros, qui fait pression sur Lord Malloch-Brown.

Mishcon de Reya agit en tant qu'avocat des demandeurs.

Une copie sur les détails de la demande peut être consultée sur le lien ci-dessous:

https://docs.google.com/file/d/0B5UX_MXKySNARjVqNnpRRDJOcm8/edit?usp=sharing

Dag Cramer, PDG d'Onyx Financial Advisors en Grande-Bretagne, a déclaré au nom de BSGR:

«Le lancement des procédures judiciaires souligne notre détermination à remédier au préjudice important causé à BSGR et Beny Steinmetz, résultant des actions menées par Lord Malloch-Brown et FTI. Prétendant d'agir en faveur de nos intérêts, Lord Malloch-Brown travaillait en effet pour nous causer d'énormes dégâts en facilitant les actes de George Soros et de ses ONG qui, nous présumons, il mène une campagne de diffamations et de rumeurs».

«Ces agissement sont illégaux. Ils endommagent gravement notre position avec le gouvernement de la Guinée, qui a été conseillé par George Soros et ses ONG et qui a tenté de se soustraire à ses obligations contractuelles en concernant les intérêts de BSGR en Guinée», a-t-il ajouté.

À-propos de Beny Steinmetz

Beny Steinmetz, âgé de 57 ans, est un résident suisse de nationalité franco-israélienne. Il a commencé sa carrière dans le commerce des diamants dans lequel il travaillait avec sa famille. Steinmetz Diamonds fournit des diamants bruts et polis à ses clients partout dans le monde et possède des installations de fabrication au Botswana, en Afrique du Sud, en Namibie et à New York. Les intérêts de la famille Steinmetz se sont étendus vers les mines, le pétrole, le gaz, la production d'énergie, l'immobilier et les investissements financiers. Beny et sa famille sont parmi les bénéficiaires de fiducies qui possèdent le groupe commercial de Steinmetz (BSG).

Beny Steinmetz est le président de la fondation Agnes & Beny Steinmetz, spécialisée dans soutient de l'éducation et le bien-être, en particulier dans les premières années, en Israël et au niveau international. Il a contribué à réduire la pauvreté et soutenir l'éducation et l'intégration à travers le développement des écoles, des installations sportives et des programmes de développement de l'environnement pour les communautés locales. La fondation soutient également l'art et les artistes, Beny est aussi membre du conseil du musée d'Art à Tel-Aviv. Il est titulaire d'un diplôme honorifique du docteur Honoris Causa du collège académique de Netanya.

À-propos de BSGR

BSG est une entreprise privée qui détient des intérêts dans le monde entier en matière de ressources naturelles, d'immobilier, de marchés des capitaux et d'industrie du diamant.

BSGR, la société de ressources naturelles propre à BSG, est une société internationale diversifiée d'exploitation minière qui détient des opérations dans quatorze pays à travers des opérations en métaux et en minerais en Afrique et en Europe de l'Est, notamment les alliages du fer et du nickel, les diamants, le cuivre, le minerai de fer et de l'or. Le groupe est également actif dans la production/l'exploration du pétrole, du gaz et d'ingénierie, et dans la production d'énergie au Nigeria. BSGR a une expérience de quinze ans en matière de capitaux de risque pour le développement et l'exécution d'opérations minières dans des environnements difficiles. BSGR emploie plus de huit mille personnes et a créé de la valeur et de la prospérité pour ses collaborateurs africains en Afrique du Sud, au Botswana, en Tanzanie, au Nigeria, en Sierra Leone, à la République démocratique du Congo et en Guinée.

Dans tous ces pays, BSGR a géré d'une manière totalement transparente, en travaillant conjointement avec les gouvernements hôtes aux niveaux national et local à la fois. BSGR est fière de sa capacité à forger des relations solides avec les communautés locales et les parties prenantes dans les zones accueillant de ses opérations.

www.bsgresources.com

À-propos des intérêts de BSGR en Guinée

En décembre 2008, à la suite d'un programme d'exploration de trois ans dans lequel BSGR a investi plus de 165 millions de dollars, le Groupe a conclu un accord de base avec la République de la Guinée, qui a fourni un cadre à l'élaboration d'un projet intégré d'exploitation minière de classe mondiale à Zogota et aux blocs 1 et 2 de Simandou. En avril 2010, BSGR a approuvé une vente stratégique de 51% à Vale, formant une entreprise conjointe connue sous le nom de VBG afin d'apporter un partenaire mondiale qui pourrait soutenir l'apport des actifs en production.

En dépit de nombreuses années d'instabilité politique, notamment, les retards inexpliqués et en cours des élections législatives et des changements continus apportés au Code Minier Guinéen et au régime fiscal, VBG a fait des progrès considérables à Zogota et aux blocs 1 et 2 de Simandou. Plus de 600 millions de dollars ont déjà été investis par VBG en Guinée et, selon les calendriers convenus, l'étude de faisabilité pour les blocs 1 et 2 a été présentée en septembre 2011, avec la production commerciale qui devrait commencer à Zogota d'ici fin 2012.

Les progrès ont été interrompus puisque le gouvernement guinéen a mis fin à son engagement avec VBG, affirmant qu'il n'a pas conclu d'accords avec Vale et refusant de reconnaître la vente officielle des droits à Vale et le changement du nom à VBG. Et ce, malgré toutes les licences et les titres dûment légalisés auprès du Registre du Commerce guinéen et officiellement notifiés au ministre guinéen des Mines et auprès du directeur du Centre pour la Promotion et le Développement; dûment reconnus avec des lettres envoyées à VBG sous son nouveau nom. En outre, de nombreux membres du gouvernement actuel de la Guinée, dont le ministre actuel des Mines, qui a servi en tant que conseiller du Premier ministre sur les questions minières à travers l'octroi de licences au BSGR, ont publiquement approuvé la société VBG.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Renseignements médiatiques sur BSG Resources:
Powerscourt +44(0)-20-7250-1446
Rory Godson / Ian Middleton / Conal Walsh
bsg@powerscourt-group.com

Business Wire