BFM Patrimoine

Bourse: les banques centrales au centre du jeu

Malgré deux séances de rebond, le bilan hebdomadaire du marché parisien est négatif

Malgré deux séances de rebond, le bilan hebdomadaire du marché parisien est négatif - ERIC PIERMONT / AFP

Résultats d’entreprises, supervision bancaire, discours de la BCE, chiffres du chômage américain, chute du rouble, la semaine boursière a été particulièrement dense. Le CAC 40 , qui a perdu ce vendredi 0,89 %, affiche une baisse hebdomadaire d'environ 1 %.

Ce vendredi, le marché parisien a cédé % à 4.190 points. Une séance au cours de laquelle Paris s'est retrouvé au centre du monde financier, tous les grands banquiers centraux, à l’exception de Mario Draghi, étant réunis à la Banque de France à l’occasion d’un grand symposium.

Les débats ont tourné autour du thème: "banques centrales : quelle voie suivre ? ", question pertinente au moment où ces institutions monétaires ajustent leur politique monétaire. 

Le chômage américain recule 

La présidente de la Fed, Janet Yellen, n’a sans doute pas manqué la publication des chiffres mensuels de l’emploi américain. Chiffres contrastés car, si le taux de chômage retombe à son plus bas niveau depuis juillet 2008 à 5,8 % de la population active, les créations de postes se sont révélées moins importantes que prévu en octobre.

L’autre fait marquant de la séance a été l’avertissement lancé par la banque centrale russe. Elle se dit prête à agir à tout moment pour soutenir le rouble. La monnaie a vu son cours s’effondrer de plus de 10% en une semaine.

Draghi tient le cap 

Du côté européen, Mario Draghi qui s'est fait représenter par Benoit Coeuré ce vendredi, a "fait le job" lors de la conférence de presse la veille. Il s’est dit prêt à prendre des nouvelles mesures "au cas où elles s’avéreraient nécessaires". Draghi a explicitement évoqué une augmentation de la taille du bilan de la BCE, tout en balayant les rumeurs de dissensions au sein du conseil des gouverneurs. Un message bien accueilli par les marchés.

Semaine cruciale pour les banques

Du côté des valeurs, le secteur bancaire s'est retrouvé en première ligne. Les grands établissements sont officiellement passés sous la supervision bancaire de la BCE, et certains ont dévoilé leurs résultats trimestriels. C'est le cas du Crédit Agricole qui, malgré un résultat net en hausse de 4,1%, a vu son action chuter de près de 10 % cette semaine.

Semaine difficile aussi pour le titre Société Générale qui a aussi perdu plus de 6 %. A mi-chemin de la saison des résultats, 64% des entreprises européennes ont atteint, voire dépassé le consensus selon Thomson Reuters. 

Ch.L.