BFM Patrimoine

Bourse: la Grèce redevient anxiogène.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris évolue en territoire négatif ce jeudi alors que la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé hier soir ne plus considérer les bons d'Etat grecs comme des collatéraux possibles dans les opérations de re

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris évolue en territoire négatif ce jeudi alors que la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé hier soir ne plus considérer les bons d'Etat grecs comme des collatéraux possibles dans les opérations de refinancement des banques du pays au sein de la zone euro.

Vers 13h30, le CAC 40 se replie de 0,2% à 4.689 points, les opérateurs étant par ailleurs tentés par des prises de bénéfices et faisant montre d'une certaine prudence à la veille de la publication des chiffres mensuels de l'emploi américain.

La fin de la dérogation qui bénéficiait aux titres grecs constitue 'un gros motif de préoccupation pour les marchés après la vague d'optimisme des derniers jours, la BCE étant allée jusqu'à déclarer qu'elle partait du principe que la renégociation de la dette grecque était vouée à l'échec', commente-t-on chez IG.

Les équipes d'Aurel BGC se veulent pour leur part plutôt rassurantes, faisant valoir qu''il n'y aura pas de crise de liquidité dans le système bancaire du pays car ses banques pourront (toujours) trouver des financements auprès de leur Banque Centrale Nationale à travers le programme de refinancement d'urgence 'emergency liquidity assistance' '.

Il reste que 'le cas grec' est par nature anxiogène pour les marchés actions, l'arrivée au pouvoir de Syriza, la détermination du gouvernement fraîchement élu à s'affranchir du dogme de la rigueur et des propos parfois fort peu amènes de ses responsables oblige.

Un cas suffisamment perturbant, du moins aujourd'hui, pour reléguer au second plan le rebond de 4,2% des commandes à l'industrie allemande en séquentiel en décembre, contre +1% anticipé, en attendant la publication tout à l'heure des chiffres hebdomadaires du chômage américain, de la productivité au quatrième trimestre et de la balance commerciale en décembre.

'Cette bonne nouvelle pour l'Allemagne indique aussi que l'économie mondiale et celle de la zone euro devraient avoir gagné de la vitesse vers la fin de l'année dernière', analyse pourtant Natixis alors que les commandes à l'exportation ont grimpé de 4,8%.

Enfin, sur le front des valeurs, BNP Paribas décroche de 3,8% après avoir fait état d'un produit net bancaire en hausse de 3,2% hors éléments exceptionnels sur l'exercice clos et d'un résultat net part du groupe de 157 millions d'euros (environ 7 milliards hors exceptionnel).

A contrario, Sanofi grimpe de 2,1% dans le sillage de l'annonce d'un bénéfice net des activités de plus de 6,8 milliards d'euros en 2014, en hausse de 6,7% à taux de change constants (+2,4% à données publiées).

Egalement bien orienté et même premier du SBF 120, le titre Dassault Systèmes prend quant à lui 4,6%, porté par la publication de résultats et de perspectives annuels solides.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance