BFM Patrimoine

Arkema récuse les accusations de Klesch sur la cession de Kem One

BFM Patrimoine

PARIS (Dow Jones)--Arkema (AKE.FR) a démenti lundi "formellement" les accusations du groupe suisse Klesch, qui lui réclame 310 millions d'euros de dommages et intérêts, estimant avoir été trompé lors du rachat du pôle vinyliques du

PARIS (Dow Jones)--Arkema (AKE.FR) a démenti lundi "formellement" les accusations du groupe suisse Klesch, qui lui réclame 310 millions d'euros de dommages et intérêts, estimant avoir été trompé lors du rachat du pôle vinyliques du chimiste français.

"Arkema est profondément choqué par ces allégations graves et mensongères et tient à y opposer le démenti le plus formel", a déclaré le groupe dans un communiqué faisant suite à celui publié par Klesch dans la matinée.

Le groupe industriel suisse a fait état de "divergences significatives" entre les informations financières présentées par Arkema lors de la cession du pôle vinyliques, rebaptisé Kem One depuis la transaction, et les performances financières actuelles de la division.

"Si Klesch avait eu connaissance de ces inexactitudes au moment des négociations, le groupe n'aurait pas accepté la transaction dans les termes présentés", a déclaré le groupe.

"Arkema précise que le groupe Klesch a eu, en toute transparence et tout au long des négociations, accès à l'ensemble des informations nécessaires - et usuelles dans ce type de transactions - lui permettant d'apprécier la situation financière ainsi que les perspectives de cette activité et a mené les due diligence [audit préalable, ndlr]approfondies qu'il a souhaitées", a répondu le chimiste.

Klesch a demandé une procédure d'arbitrage et réclame 310 millions d'euros de dommages et intérêts en réparation des "manquements" sur le bilan et le compte de résultats de Kem One. Le groupe "se réserve également le droit de demander l'annulation de la transaction liée à Kem One SAS". La société Kem One Innovative Vinyls n'est en revanche pas concernée par cette démarche, a précisé Klesch.

Arkema "récuse vigoureusement ces accusations sans fondement aucun" et "engage dès à présent toutes initiatives afin de défendre ses droits et prouver sa bonne foi devant les autorités compétentes", a ajouté le chimiste dans son communiqué.

Vers 14h30, l'action Arkema perdait 3,1% à 74,36 euros, la plus forte baisse du SBF 120.

-Marion Issard, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 75; marion.issard@dowjones.com

(END) Dow Jones Newswires

March 04, 2013 08:35 ET (13:35 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-