BFM Patrimoine

Après une forte croissance organique au S1 2012, Eurofins avance d’un an son objectif d’atteindre un chiffre d’affaires d’1 milliard d’euros

BFM Patrimoine
Regulatory News: Eurofins (Paris:ERF) relève son objectif de chiffre d'affaires pour 2012 de 950 M€ à 1 milliard d'euros, avançant d'un an son objectif de 2013 après un nouveau trimestre en forte croissance

Regulatory News:

Eurofins (Paris:ERF) relève son objectif de chiffre d'affaires pour 2012 de 950 M€ à 1 milliard d'euros, avançant d'un an son objectif de 2013 après un nouveau trimestre en forte croissance organique au T2 2012. Eurofins a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 480 M€ au S1 2012, soit une croissance de 29% par rapport à la même période de l'an dernier, incluant une croissance organique de plus de 9% (contre un objectif de 5% seulement). Au cours du seul deuxième trimestre, les ventes ont augmenté de 23% à 256 M€. L'EBITDA ajusté a progressé de 27% à 73 M€ au premier semestre 2012, même par comparaison aux solides performances opérationnelles déjà réalisées au S1 2011. En excluant la part du chiffre d'affaires réalisé par les start-ups et les filiales en cours de réorganisation significative (notamment IPL et les sociétés récemment acquises en Belgique), le chiffre d'affaires s'élève à 414 M€ au S1 2012, avec une marge d'EBITDA de 17,7%. Sur la base de ces solides performances au premier semestre, la Direction d'Eurofins a avancé d'un an son objectif d'atteindre un chiffre d'affaires d'1 milliard d'euros de 2013 à 2012, et reste confiante dans la capacité du Groupe à atteindre son objectif de générer un EBITDA ajusté d'au moins 210 M€ en 2013.

S1 2012 S1 2011

+/- %
Résultats
ajustés

(en millions d'euros)

Résultats
ajustés1

Autres
éléments2

Résultats
consolidés
(statutaires)

Résultats
ajustés

Autres
éléments

Résultats
consolidés
(statutaires)

Chiffre d'affaires 480,4 480,4 372,1 372,1 29,1% EBITDA3 73,2 -9,0 64,2 57,5 -5,2 52,2 27,4% Marge d'EBITDA 15,2% 15,4% -20 pb

Résultat brut d'exploitation4

51,8 -13,2 38,6 37,1 -7,1 30,0 39,5%

Marge de résultat brut
d'exploitation

10,8% 10,0% +80 pb Résultat net part du groupe5 34,6 -15,5 19,1 24,0 -10,2 13,8 44,4% Résultat net par action6 2,41

1,33 1,68 0,97 43,4%

Investissements
d'équipement (Capex)

29,0 20,7 40,1%

Flux de trésorerie après
impôts7

40,4 27,9 44,8% Dette nette8 310,6 271,1 14,6%

N.B.: Les résultats du T2 2012 sont indiqués à la fin de ce communiqué - pb : points de base

Résultats clés du Groupe au T2 2012 et au S1 2012 :

  • Chiffre d'affaires consolidé en hausse de 23,3% à 256,3 M€ au T2 2012, contribuant à un chiffre d'affaires au S1 2012 de 480,4 M€ en progression de 29,1% par rapport au S1 2011, incluant une croissance organique de plus de 9%. Les start-ups et les récentes acquisitions, dont IPL notamment, ont généré un chiffre d'affaires de 66,6 M€ au premier semestre 2012 ;
  • EBITDA ajusté de 44,5 M€ au T2 2012, contribuant à une hausse de l'EBITDA ajusté de 27,4% au S1 2012 à 73,2 M€, soit une marge d'EBITDA ajusté de 15,2%, conforme à l'année précédente, malgré l'intégration de sociétés déficitaires acquises récemment et l'impact de la hausse de la structure de coûts anticipée au S1 en prévision de la poursuite de la croissance de l'activité habituellement plus forte au S2 ;
  • La marge d'EBITDA des activités excluant les sociétés en cours de réorganisation ou en phase de démarrage (start-ups), s'est élevée à 17,7% pour un chiffre d'affaires de 413,8 M€ au S1 2012, par rapport à 16,4% et 350,6 M€ au S1 2011, soit une progression de la marge d'EBITDA de 130 points de base. Les start-ups et les acquisitions récentes, représentant un CA de 66,6 M€, ont eu une contribution nulle à l'EBITDA ajusté consolidé au premier semestre 2012 ;
  • La forte croissance du chiffre d'affaires a dopé le résultat brut d'exploitation ajusté de 39,5% et le résultat net part du groupe ajusté de 44,4% à 51,8 M€ et 34,6 M€ respectivement au S1 2012. Les gains de productivité issus du cycle d'investissement des cinq dernières années ont compensé l'impact négatif lié aux pertes d'exploitation et à la réorganisation d'IPL, permettant au Groupe d'enregistrer une hausse du résultat net part du groupe de 38,2% à 19,1 M€ au premier semestre 2012 ;
  • Augmentation de 44,8% du flux de trésorerie d'exploitation après impôts à 40,4 M€ au S1 2012 malgré une hausse provisoire du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) liée aux effets saisonniers. La Direction est optimiste dans la capacité du Groupe à réduire le niveau de BFR à un niveau proche de 5% du chiffre d'affaires d'ici la fin de l'année. En outre, l'amélioration de la rentabilité attendue habituellement au cours du second semestre, devrait se traduire par un accroissement significatif des flux de trésorerie sur l'exercice ;
  • La dette nette consolidée au 30 juin 2012 s'élevait à 310,6 M€. Malgré une légère augmentation de la dette nette en valeur absolue, les ratios d'endettement du Groupe se sont améliorés avec une dette nette égale à 1,9x l'EBITDAi et 0,9x les fonds propres, pour 2,2x et 1,0x respectivement à fin juin 2011, soit un niveau sensiblement inférieur aux limites maximales autorisées de 3,5x et 1,5x respectivement ;
  • Relèvement de l'objectif de chiffre d'affaires pour 2012 : compte tenu de la forte croissance organique réalisée au S1 2012 (plus de 9%), sensiblement supérieure à l'objectif du Groupe (5%), et des tendances actuelles constatées sur le marché de la bio-analyse, la Direction d'Eurofins est confiante dans la capacité du Groupe à dépasser son objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 950 M€ en 2012. Par conséquent, Eurofins avance d'un an son objectif d'atteindre un chiffre d'affaires d'1 milliard d'euros de 2013 à 2012. En outre, les mesures mises en place à travers le Groupe permettent à la Direction de rester optimiste sur les perspectives de croissance et de rentabilité pour Eurofins à moyen terme. En dépit d'une période d'incertitude économique croissante dans une grande partie de l'Europe, les discussions avec nos clients reflètent une vision raisonnablement optimiste des perspectives à moyen terme. Cette orientation favorable est également à la base de la formulation de nos objectifs à plus long terme d'atteindre un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros d'ici 2017 et de continuer à améliorer la profitabilité et la génération de flux de trésorerie.

Commentaires du Président Directeur-Général, M. Gilles Martin:

« Les résultats du premier semestre 2012 démontrent non seulement la bonne résistance du marché des services analytiques en ces temps d'incertitude, mais également les solides positions d'Eurofins sur ses différents segments de marché. L'augmentation du levier opérationnel résultant du dernier cycle d'investissement entre 2006 et 2010 a également permis d'investir dans de nouveaux actifs, lesquels une fois mis aux normes du Groupe, renforceront encore davantage sa position de leader. Ceci signifie que la rentabilité des activités plus matures couvre les coûts non récurrents et les marges moins élevées des nouvelles acquisitions sans compromettre la réalisation de nos objectifs d'atteindre un chiffre d'affaires d'1 milliard d'euros cette année et un EBITDA ajusté de 210 M€ en 2013. Par ailleurs, ces investissements positionnent Eurofins favorablement pour sa croissance future. À plus long terme, Eurofins jette les bases d'un nouveau cycle de développement, disposant de la taille critique nécessaire pour ambitionner d'atteindre un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros d'ici 2017, tout en atteignant et maintenant un niveau de marge d'EBITDA supérieur à 20% avec des flux de trésorerie en progression ».

i EBITDA excluant les coûts non récurrents d'intégration/ de réorganisation, d'activités non poursuivies et autres coûts non récurrents, mais incluant les pertes transitoires liées à l'expansion du réseau de laboratoires/ start-ups

Revenus d'exploitation

Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires consolidé a augmenté de 23,3% à 256,3 M€, grâce à la poursuite d'une activité soutenue à travers les différents marchés du Groupe. Outre la forte contribution des acquisitions au premier semestre qui ont dopé les performances d'Eurofins, la croissance organique d'environ 8% enregistrée au deuxième trimestre est conforme à la tendance des six derniers trimestres, et celle-ci est d'autant plus remarquable que la hausse du CA enregistrée au T2 2011 était déjà très élevée, suite à la consolidation de Lancaster. La croissance soutenue des ventes au T2 2012 a contribué à un chiffre d'affaires de 480,4 M€ au S1 2012, représentant une augmentation de 29,1% par rapport à la même période en 2011, incluant une croissance organique de plus de 9% au S1 2012.

La croissance continue sur le marché des services analytiques, notamment aux États-Unis qui représentent désormais le premier marché d'Eurofins en taille de chiffre d'affaires, ainsi que les gains de nouvelles parts de marché sur les différents marchés matures du Groupe, soutiennent la croissance robuste du chiffre d'affaires dans l'ensemble du Groupe.

Répartition du chiffre d'affaires par zone géographique

(en millions d'euros) S1 2012 en % du total S1 2011

en % du total

Benelux 44,1 9% 36,8 10% Royaume-Uni et Irlande 25,3 5% 21,5 6% France 96,5 20% 68,9 19% Allemagne 87,5 18% 81,5 22% Amérique du Nord 104,7 22% 58,3 16% Pays Nordiques 68,8 14% 66,6 18%

Autres Pays (incluant les marchés émergents)

53,4 11% 38,4 10% Total 480,4 100% 372,1 100%

En France, l'augmentation des volumes d'analyses alimentaires suite à la hausse des capacités analytiques du Groupe l'an dernier, conjuguée à la croissance des services d'analyses pour l'industrie pharmaceutique et à la contribution des ventes d'IPL, ont généré une croissance du chiffre d'affaires de 40% au S1 2012 par rapport au S1 2011. La position de leader d'Eurofins en Allemagne lui a permis d'enregistrer une croissance notable de plus de 7%, ce qui démontre la capacité du Groupe à croître, même sur ses marchés les plus matures. Aux États-Unis, l'effet positif lié au renforcement de la réglementation suite aux multiples crises alimentaires et au mouvement de rattrapage des industriels en matière d'analyse des produits agro-alimentaires, se traduit par un accroissement des volumes d'analyses sur le marché. En outre, Eurofins Lancaster bénéficie d'une augmentation de l'activité sur le segment des analyses de produits et substances biologiques, outre une croissance continue sur son marché principal des analyses de produits pharmaceutiques. Eurofins commence également à enregistrer des progrès significatifs sur le marché des analyses environnementales aux États-Unis, comme l'illustrent l'accord d'externalisation conclu récemment avec MWH Global. Globalement, Eurofins a réalisé une croissance de ses ventes de près de 80% aux États-Unis au premier semestre 2012. Par ailleurs, Lancaster contribue non seulement à la forte croissance du chiffre d'affaires du Groupe mais fournit également une solide plate-forme pour le développement futur des différentes activités du Groupe en constituant un moteur de croissance supplémentaire, ce qui conforte d'autant plus les perspectives de croissance d'Eurofins sur le marché américain.

Eurofins continue à enregistrer la plus forte croissance dans les marchés émergents, où l'activité représente une part modérée mais croissante de son chiffre d'affaires. L'élargissement du portefeuille clients en Chine tend à se matérialiser par un accroissement des volumes d'analyses. La présence d'Eurofins dans la région Asie-Pacifique où le marché des services analytiques connaît une expansion rapide avec une croissance organique de plus de 45%, a été renforcée par l'acquisition de Nihon Kankyo au Japon et de NZ Labs en Nouvelle-Zélande au cours du premier semestre. Au Brésil, l'acquisition d'ALAC consolide la position du Groupe sur le marché local et le marché des exportations de denrées agricoles.

Parmi les différentes activités d'Eurofins, le marché des analyses de produits agroalimentaires est soutenu par des tendances positives liées à la réglementation et à la protection des marques, qui se renforcent avec l'internationalisation des chaînes d'approvisionnement. Ceci est particulièrement visible sur les marchés où l'on observe un durcissement réglementaire (États-Unis), ou une augmentation des échanges commerciaux et du pouvoir d'achat (marchés émergents). Dans le pôle d'analyses environnementales d'Eurofins, la croissance générée résulte essentiellement des gains de nouvelles parts de marché issus soit des acquisitions, soit d'un affaiblissement de la concurrence. Le segment des analyses de produits pharmaceutiques reste robuste avec des volumes d'analyses soutenus grâce à une production continue dans l'ensemble de l'industrie pharmaceutique. En outre, comme indiqué plus haut, Eurofins Lancaster figure parmi les premiers acteurs sur le marché de plus en plus attractif des analyses de médicaments d'origine biologique, grâce à une offre inégalée proposant la gamme la plus complète de méthodes d'analyses, incluant la biochimie, la biologie moléculaire et la virologie, le tout sur un site unique. Bien que le marché de l'analyse des produits biologiques se trouve encore au stade embryonnaire, Eurofins Lancaster est un précurseur dans ce domaine et pourrait bénéficier d'un avantage compétitif crucial suite à la récente approbation par l'office de contrôle pharmaceutique et alimentaire américain (FDA) d'un projet de directives relatif à la fabrication de versions génériques de produits biologiques.

Depuis le premier semestre 2011, Eurofins a acquis un certain nombre de nouvelles sociétés, aux profils de rentabilité variés, ou nécessitant différents degrés de réorganisation, notamment IPL en France. Outre les start-ups situées principalement dans les marchés émergents, ces acquisitions permettent à Eurofins d'élargir sa présence stratégique et ses parts de marché sur leur marché d'implantation, susceptibles de constituer à terme de nouveaux relais de croissance. Au premier semestre 2012, ces acquisitions ainsi que les start-ups ont représenté globalement un chiffre d'affaires de 66,6 M€, pour 21,5 M€ au S1 2011.

Rentabilité

L'EBITDA ajusté du Groupe s'est élevé à 44,5 M€ au T2 2012, soit une augmentation de 16,6% par rapport à un très bon T2 2011, où Lancaster était consolidé pour la première fois dans le Groupe. L'EBITDA ajusté au premier semestre 2012 a atteint 73,2 M€, en progression de 27,4% par rapport à la même période de l'an dernier, avec une marge globalement stable due à l'impact dilutif des acquisitions récentes en cours de réorganisation. Le niveau relativement élevé des coûts d'exploitation au S1 2012 résulte en partie d'effectifs pour l'instant surnuméraires venus compléter les équipes de management et d'informatique d'Eurofins en prévision de sa croissance future, et du renforcement des équipes de laboratoires sur certains sites nouveaux ou en cours d'agrandissement en prévision du regroupement de plusieurs unités de taille sous-critique. Les différentes pratiques de gestion et de contrôle des coûts encore en vigueur parmi certaines des sociétés récemment acquises ont entraîné également des coûts d'exploitation temporairement plus élevés. Ceux-ci devraient être ramenés à terme à un niveau normalisé. Enfin, comme les années précédentes, le rythme de progression des coûts d'exploitation, en particulier dans le périmètre des activités matures, devrait ralentir par rapport à la croissance du chiffre d'affaires au cours du deuxième semestre de l'exercice. Au T2, par exemple, les frais de personnel ont déjà diminué en pourcentage du chiffre d'affaires à 49,7%, par rapport à 52,6% au trimestre précédent.

Les activités maturesii du Groupe ont réalisé un EBITDA ajusté de 73,2 M€ pour un chiffre d'affaires consolidé de 413,7 M€, avec une marge d'EBITDA ajusté de 17,7% au S1 2012 pour 16,4% au S1 2011, soit une progression de 130 points de base au cours des 12 derniers mois.

Grâce à la solide croissance du chiffre d'affaires, le résultat brut d'exploitation ajusté a progressé de 39,5% à 51,8 M€ au S1 2012, ceci malgré l'impact négatif temporaire de certaines acquisitions récentes. Le résultat net part du groupe ajusté au premier semestre 2012 a augmenté de 44,4% à 34,6 M€.

A noter que même après prise en compte des coûts non récurrents de la période, à savoir les coûts de réorganisation ainsi que les pertes d'exploitation d'IPL et des sociétés acquises récemment en Belgique, les coûts d'intégration de toutes les acquisitions récentes, les pertes des start-ups ainsi que les frais juridiques et administratifs liés au transfert du siège social de la société Eurofins Scientific SE (société mère du Groupe) au Luxembourg, le résultat net part du groupe d'Eurofins a progressé de 38,2% à 19,1 M€.

ii Activités excluant les sociétés en cours de réorganisation ou en phase de démarrage (start-ups). Au S1 2012, la principale filiale en cours de réorganisation est la société IPL.

Bilan

Le total bilan s'est élevé à 1091,5 M€ au 30 juin 2012, soit un niveau stable par rapport à fin 2011. A noter une baisse du montant de la trésorerie liée au paiement d'acquisitions compensée par l'augmentation des actifs immobilisés. Après le paiement de ces différentes acquisitions, Eurofins a clôturé le premier semestre 2012 avec un niveau de trésorerie de 121,5 M€, lequel, ajouté aux flux de trésorerie croissants attendus sur le reste de l'exercice, assure au Groupe les capacités de financement suffisantes pour exécuter son plan de croissance.

D'autre part, en dépit des décaissements évoqués ci-dessus, la structure financière du Groupe reste solide. Avec une dette nette consolidée de 310,6 M€ au 30 juin 2012 (271,1 M€ au 30 juin 2011), les ratios de dette nette ont atteint respectivement 1,9x l'EBITDAi et 0,9x les fonds propres et restent par conséquent sensiblement inférieurs aux limites maximales autorisées de 3,5x et 1,5x respectivement.

Le niveau de Besoin en Fonds de Roulement (BFR) a augmenté pour atteindre 7,2% du chiffre d'affaires au 30 juin 2012, contre 5,9% à fin mars 2012 et 7,1% à fin juin 2011. La croissance de l'activité, le décalage de certains paiements et la hausse du BFR qui en résulte a conduit à un tassement provisoire des flux de trésorerie d'exploitation lié aux effets saisonniers. Comme indiqué précédemment, et conformément aux tendances des dernières années, la Direction est pleinement confiante dans la capacité du Groupe à ramener le BFR à un niveau proche de 5% du CA, conformément à son objectif annuel, ce qui devrait permettre de générer des flux de trésorerie croissants sur le reste de l'exercice 2012.

Cash Flow et liquidités

La solide croissance du chiffre d'affaires a contribué à un résultat avant impôts de 26,5 M€ au S1 2012 en augmentation de 28,5 % par rapport à la même période de l'an dernier. Malgré l'effet négatif de la hausse temporaire du BFR liée aux effets saisonniers, la forte progression du résultat d'exploitation a dopé le flux de trésorerie d'exploitation après impôts de 44,8% à 40,4 M€.

Les investissements d'équipement ont atteint 17,2 M€ au T2 2012 (11,9 M€ au T2 2011), représentant une hausse en pourcentage du CA à 6,7% au T2 2012 contre 5,7% au T2 2011. Au S1 2012, ces derniers se sont élevés à 29,0 M€, soit 6,0% du CA pour 5,6% au S1 2011. L'augmentation des investissements d'équipement au premier semestre est due principalement à des effets de calendrier par rapport au surcroît d'activité attendu au cours du second semestre. La Direction prévoit une réduction du taux d'investissements d'équipement sur le reste de l'exercice et réitère son engagement de contenir ce dernier autour de 6% du chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'exercice. Compte tenu des coûts non récurrents liés principalement à la réorganisation d'IPL, de l'augmentation à court terme du BFR, et du quadruplement du dividende versé aux actionnaires, le solde négatif de flux de trésorerie(9) du Groupe a atteint -6,2 M€ au S1 2012, pour -6,6 M€ au S1 2011. La Direction d'Eurofins réaffirme son message selon lequel le BFR devrait être normalisé au cours de l'exercice et, combiné à la poursuite de l'amélioration des résultats opérationnels, devrait permettre de dégager un flux de trésorerie disponible en croissance sur l'exercice par rapport à 2011.

Perspectives

La poursuite du momentum de croissance au S1 2012 renforce la confiance de la Direction dans la capacité du Groupe à atteindre son objectif de chiffre d'affaires d'1 milliard d'euros cette année, avec un an d'avance sur son plan de développement initial. Les discussions avec les clients et les tendances de marché observées laissent entrevoir des perspectives raisonnablement positives à moyen terme en dépit de l'incertitude croissante en Europe. Dans une vision à plus long terme, Eurofins a diversifié son exposition géographique, avec une présence accrue sur les marchés où les cadres réglementaires existants laissent présager un potentiel de croissance élevé dans les services analytiques. Par conséquent, la Direction d'Eurofins estime que le Groupe devrait être en mesure de doubler son chiffre d'affaires pour atteindre 2 milliards d'euros dans cinq ans (en 2017), tout en atteignant et maintenant une marge d'EBITDA supérieure à 20% avec des flux de trésorerie en progression.

Tableau n°1: Résultats clés du Groupe au T2 2012

T2 2012 T2 2011

+/- %
Résultats
ajustés

(en millions d'euros)

Résultats
ajustés1

Autres
éléments2

Résultats
consolidés
(statutaires)

Résultats
ajustés

Autres
éléments

Résultats
consolidés
(statutaires)

Chiffre d'affaires 256,3 256,3 207,8 207,8 23,3% EBITDA 44,5 -5,2 39,3 38,1 -3,2 34,9 16,8% Marge d'EBITDA 17,3% 18,4% -110 pb Résultat brut d'exploitation 34,3 -8,2 26,0 27,4 -4,1 23,4 25,2%

Marge de résultat brut
d'exploitation

13,4% 13,2% 20 pb Résultat net part du Groupe 24,1 -9,3 14,8 18,6 -5,9 12,7 29,6%

Investissements
d'équipements (Capex)

17,2 11,9 45,1%

Flux de trésorerie après
impôts

17,5 21,1 -17,2% Dette nette 310,6 271,1 14,6%

pb : points de base

1

Résultats ajustés – reflètent la performance des activités matures et récurrentes du Groupe excluant les « autres éléments ».

2

Autres éléments – incluent les coûts non récurrents d'intégration/ de réorganisation, d'activités non poursuivies et autres coûts non récurrents,
les pertes transitoires liées à l'expansion du réseau de laboratoires/ start-ups, les charges d'amortissement de certains actifs incorporels liés aux acquisitions,
les charges de dépréciation des goodwills, les coûts liés aux acquisitions, ainsi que l'impact comptable des charges non
décaissables liées aux options de souscription d'actions (O.S.), et l'incidence fiscale des retraitements concernant tous les « autres éléments ».

Tableau n°2: Autres éléments

Autres éléments: S1 2012 S1 2011

Coûts non récurrents d'intégration/ de réorganisation,
d'activités non poursuivies, et autres coûts non récurrents

4,4 2,8

Pertes transitoires liées à l'expansion du réseau de
laboratoires/ start-ups et aux nouvelles acquisitions en
période de réorganisation significative

4,6 2,4 Impact sur l'EBITDA 9,0 5,2

Charges d'amortissement liées aux start-ups et aux
nouvelles acquisitions en période de réorganisation
significative

4,2 1,9 Impact sur le résultat brut d'exploitation 13,2 7,1

Impact comptable des charges d'amortissement de
certains actifs incorporels liés aux acquisitions, des charges
de dépréciation des goodwills, des coûts liés aux
acquisitions, et des charges non décaissables liées aux
options de souscription d'actions (O.S.)

2,6 2,8

Incidence fiscale des retraitements concernant tous les «
autres éléments »

-0,2 0,2 Impact total sur le résultat net 15,5 10,2 3

EBITDA : résultat d'exploitation avant dotation aux amortissements, charges non décaissables liées aux options de souscription d'actions (O.S.),
dépréciation des goodwills et amortissement d'actifs incorporels liés aux acquisitions

4

Résultat brut d'exploitation : résultat d'exploitation avant charges non décaissables liées aux options de souscription d'actions (O.S.),
dépréciation des goodwills et amortissement d'actifs incorporels liés aux acquisitions

5

Résultat net part du groupe : résultat net après intérêts minoritaires et avant paiement du coupon aux détenteurs des titres supersubordonnés à
durée indéterminée (instrument hybride)

6

RNPA : résultat net par action avant paiement du coupon aux détenteurs des titres supersubordonnés à durée indéterminée (instrument hybride)

7 Flux de trésorerie après impôts : flux de trésorerie dégagé par les opérations d'exploitation après impôts 8 Dette nette : total des emprunts et dettes financières diminué de la trésorerie et des équivalents de trésorerie 9

(Solde de) Flux de trésorerie disponible : flux de trésorerie dégagé par les opérations d'exploitation après impôts diminué des intérêts versés et
du coupon versé aux détenteurs de l'instrument hybride et des flux de trésorerie dégagés par les opérations d'investissement (hors acquisitions).

La version intégrale du rapport d'activité du premier semestre 2012 incluant les états financiers consolidés, les annexes résumées aux comptes semestriels, la section facteurs de risques, les principales transactions entre parties liées et l'attestation du responsable, est disponible sur notre site à l'adresse suivante : http://www.eurofins.fr/fr-fr/informations-financieres/rapports-financiers.aspx

A propos d'Eurofins :

Eurofins – un leader mondial de la bio-analyse

Eurofins Scientific est le leader mondial sur les marchés de l'analyse des produits agro-alimentaires et pharmaceutiques. Il est également le numéro un mondial dans le domaine des services d'analyses environnementales en laboratoire et figure parmi les premiers prestataires mondiaux dans les activités de Laboratoire Central, de services génomiques et d'agrosciences.

Avec un effectif de plus de 12 000 personnes, un réseau de plus de 170 laboratoires répartis dans 32 pays et un portefeuille riche de plus de 100 000 méthodes d'analyse permettant de valider la sécurité, l'identité, la traçabilité, l'authenticité, l'origine et la pureté des substances biologiques et de nombreux produits, le Groupe offre à ses clients des services analytiques de grande qualité, des résultats fiables et rapides ainsi que des prestations de conseil par des experts hautement qualifiés.

Le Groupe prévoit de poursuivre une stratégie de développement qui repose sur l'élargissement permanent de son portefeuille de technologies et de sa présence géographique. Par des programmes de R&D et par acquisitions, le groupe intègre les derniers développements technologiques qui lui permettent d'offrir à ses clients un ensemble de solutions analytiques sans équivalent sur le marché, ainsi que la gamme la plus complète de méthodes d'analyse.

Un des acteurs internationaux les plus innovants du secteur, Eurofins est idéalement positionné pour satisfaire les exigences de qualité et de sécurité toujours croissantes de ses clients et des organismes de réglementation à travers le monde.

Les actions d'Eurofins Scientific sont cotées sur la bourse de Paris (ISIN FR0000038259). Elles sont accessibles également à Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne via NYSE Euronext (Reuters EUFI.PA, Bloomberg ERF : FP).

Avertissement important :

Ce communiqué contient des informations à caractère prévisionnel et des estimations qui comportent des facteurs de risque et d'incertitude. Ces données prévisionnelles et ces estimations représentent l'opinion de la Direction d'Eurofins Scientific à la date de ce communiqué. Elles ne représentent pas une garantie de performances futures et les éléments prévisionnels qui sont décrits peuvent ne pas se produire. Eurofins Scientific décline toute intention ou obligation d'actualiser l'une quelconque de ces informations prévisionnelles et de ces estimations. Toutes les déclarations et estimations sont établies sur la base des données qui sont à la disposition de la Société à la date de cette publication, mais leur validité ne peut être garantie.

Eurofins
Relations investisseurs
+32-2-766 1620
ir@eurofins.com

Business Wire