BFM Patrimoine

Air France-KLM: Alitalia sur la corde raide.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Qui sauvera Alitalia, la compagnie aérienne italienne en difficulté, et surtout dans quelles conditions ? C'est ce qui semble en train de se décider, à Rome mais aussi à Paris puisqu'Air France-KLM est son premier actionnai

(CercleFinance.com) - Qui sauvera Alitalia, la compagnie aérienne italienne en difficulté, et surtout dans quelles conditions ? C'est ce qui semble en train de se décider, à Rome mais aussi à Paris puisqu'Air France-KLM est son premier actionnaire. Un nouveau conseil d'administration du groupe italien se tiendra demain 10 octobre, avant l'AG prévue le 14.

En effet, le temps semble compté pour Alitalia. Hier, un conseil d'administration s'est réuni et à son issue, le président Roberto Colaninno a indiqué que les représentants de l'Etat italien 'avaient demandé plus de temps pour élaborer les décisions à prendre et terminer une analyse approfondie'. La séance a donc été reportée.

Rappelons qu'Air France-KLM est le premier actionnaire d'Alitalia, avec 25% des parts, suivi d'une myriade de sociétés, financières et industrielles, et de fondations italiennes.

En grande difficulté financière, Alitalia doit trouver rapidement de l'argent frais et de ce fait, une augmentation de capital semble s'imposer. Une levée de fonds d'au moins 100 millions d'euros est à l'ordre du jour de l'AG prévue le 14 octobre. Mais la compagnie pourrait ne pas pouvoir attendre jusque là.

En effet, la major pétrolière italienne Eni a indiqué que si Alitalia ne réglait pas ses factures, il ne pourrait plus l'approvisionner en carburant à compter de samedi 12 octobre.

En outre, Air France-KLM ne serait pas la seule à participer à la levée de fonds et les intérêts des différentes parties prenantes ne sont pas à l'unisson. Les actionnaires historiques hors Air France craignent de se retrouver fortement dilués en cas de levée de fonds, sans compter les restructurations qui suivraient immanquablement l'opération, voire l'éventuelle remise en cause du rôle du

Cercle Finance