BFM Patrimoine

Paris va mettre en place le péage poids lourds

Quatre portiques écotaxe ont déjà été installés sur le périphérique parisien.

Quatre portiques écotaxe ont déjà été installés sur le périphérique parisien. - Bertrand Langlois - AFP.

La Mairie de Paris s'apprête à soumettre au vote du conseil de la ville, d'ici fin septembre, la mise en place de la taxe poids lourd dans la capitale, ce dispositif qui remplace l'écotaxe.

La facture va s'alourdir pour les poids lourds à Paris. La maire de la ville, Anne Hidalgo, souhaite faire payer tous les camions de plus de 3,5 tonnes pour emprunter le périphérique, comme prévu par la taxe poids-lourds, ce dispositif qui remplace l'écotaxe enterrée.

Quatre portiques ont déjà été installés sur la rotonde qui fait le tour de la capitale. Et le conseil de Paris devrait voter l'entrée en vigueur de la taxe le 29 ou le 30 septembre, indique la municipalité à l'AFP, confirmant ainsi une information du Journal du Dimanche.

La mise en route est imminente, elle devrait intervenir le 1er octobre, selon le JDD. Mais dans un premier temps, il s'agira d'une simple expérimentation de trois mois sans facturation, précise Christophe Najdovski, adjoint à la mairie de Paris chargé des transports. La mise en oeuvre définitive devrait être lancée à partir du 1er janvier 2015.

Cinq millions d'euros de recettes par an

La taxe s'élèvera en moyenne à 13 centimes d'euros par kilomètre, et devrait rapporter cinq millions d'euros par an à Paris, 550 millions pour l'ensemble du pays.

Ce dispositif "n'est que la déclinaison parisienne de décisions prises cet été" au niveau du gouvernement, justifie M. Najdovski. Il a précisé que le boulevard périphérique parisien, ainsi que l'ensemble des autoroutes d'Ile-de-France, faisaient partie des 4.000 kms touchés par ce péage dans l'Hexagone.

Le 26 juin, l'Assemblée nationale a en effet adopté un amendement gouvernemental qui remplace l'écotaxe par un péage de transit poids lourds. Sa date d'entrée en vigueur était fixée au 1er janvier 2015, précédée pendant trois mois par "une marche à blanc à l'automne". 

N.G. avec AFP