BFM Patrimoine

Impôts: ce qu'il faut savoir pour remplir sa déclaration de revenus 2020

Impots

Impots - BFMTV.COM

La campagne des impôts de 2021 s'ouvre aujourd'hui. Qu'est-ce qui change cette année?

Si la crise sanitaire a bouleversé le calendrier fiscal 2020, la campagne 2021 se tient bien elle en temps et en heure. Les contribuables français sont appelés dès aujourd'hui à rendre compte de leur situation au fisc en complétant la traditionnelle déclaration de revenus. Avec quelques nouveautés à prendre en considération.

> Calendrier fiscal

Le top départ est donné ce jeudi 8 avril, ensuite, un calendrier différent s’applique ensuite en fonction des zones géographiques, avec une clôture fixée au 26 mai pour les déclarations en ligne dans les départements 1 à 19, au 1er juin pour celles des départements 20 à 49 (Corse comprise) et au 9 juin pour les départements 55 à 95 et départements d’outre-Mer. S’agissant des déclarations au format papier, la date limite sera le 20 mai.

Rappelons à ce titre que la télédéclaration sur le site impôts.gouv.fr est obligatoire pour tous les contribuables. A l’exception de ceux qui vivent dans une zone blanche, dont la résidence principale n’est pas équipée d’un accès Internet ou des personnes qui ne seraient pas en mesure de déclarer leurs revenus en ligne (personnes âgées, handicapées, etc.).

> Déclaration automatique

Nouveauté de 2020, la déclaration automatique est reconduite cette année. Cela signifie concrètement que les personnes dont les revenus et charges n’ont pas évolué l’an passé n’auront aucune démarche à faire. L’absence de réponse vaudra validation du formulaire pré-rempli par l’administration fiscale.

Et ce dispositif est étendu cette année aux foyers fiscaux ayant déjà signalé pour 2020 une naissance, une adoption, le recueil d’un enfant majeur ou la perception de pensions alimentaires, a fait savoir la Direction générale des Finances publiques. Les personnes concernées seront informées par mail. Les services de Bercy rappellent cependant qu’il demeure impératif de "vérifier que toutes les informations portées à (leur) connaissance par l’administration sont correctes".

> Aides Covid non imposables

Les aides exceptionnelles dont ont pu bénéficier les travailleurs indépendants, au titre du fonds de solidarité notamment, pour traverser la crise du Covid-19 sont exonérées d’impôt. Il est donc inutile de les déclarer sur le formulaire. Tout comme il n’est pas nécessaire de renseigner les aides versées par le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants.

Même chose pour les salariés qui se seraient par exemple vu verser une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat. Celle-ci n’a pas à être déclarée si son montant ne dépasse pas 1000 euros, voire 2000 euros si l’entreprise à l’origine du versement dispose d’un accord d’intéressement.

> Frais liés au télétravail

L’année 2020 a été marquée par un recours inédit au télétravail. L’occasion pour Bercy de faire le point sur les règles fiscales en la matière. En effet, certains salariés ont pu bénéficier d’indemnités forfaitaires pour couvrir d’éventuels frais liés à l’exercice du travail à domicile, voire d’un remboursement de ces mêmes frais sur présentation de justificatifs.

"Ces allocations seront toujours exonérées d’impôt sur le revenu", souligne l’administration fiscale. Toutefois, "pour faciliter les démarches des contribuables concernant les allocations forfaitaires, des modalités particulières sont définies", précise-t-elle. Concrètement, ces dernières seront effectivement exonérées mais dans la limite de 2,50 euros par jour de télétravail, soit une exonération de 50 euros pour un mois comprenant 20 jours de télétravail, et dans la limite annuelle de 550 euros. Ce sont en réalité les règles qui prévalent à l’Urssaf pour les exonérations de cotisations sociales.

"Cette tolérance est applicable si l’allocation couvre exclusivement des frais professionnels engagés au titre du télétravail à domicile, à l’exclusion des frais courants généralement nécessités par l’exercice de la profession, qui comprennent notamment les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail et les frais de restauration", rappelle également le ministère de l’Economie.

Pour les salariés qui optent pour la déduction des frais réels, c’est ce même forfait de 2,5 euros par jour qui est retenu s’il est difficile pour eux de connaître le montant précis des frais engagés au titre du télétravail. Les contribuables concernés conservent néanmoins la possibilité de déduire "le montant exact si cela est plus favorable". Opter pour la déduction des frais réels implique cependant de renoncer à la déduction forfaitaire automatique de 10% appliquée sur les salaires pour frais professionnels.

> Dons aux associations: plafond porté à 1000 euros

Dans un contexte de crise sanitaire et économique, le gouvernement a décidé l’an dernier de porter le plafond de la réduction d’impôt de 75% à 1000 euros (au lieu de 552 euros) pour les dons à des associations venant en aide à des personnes en difficulté. Une fois ce plafond de 1000 euros atteint, le surplus retombe en revanche dans le régime de droit commun avec une réduction d'impôt de 66 %. A noter que cette mesure temporaire a été prolongée jusqu’au 31 décembre 2021.

Par ailleurs, comme le révèle le site ToutSurMesFinances, les cases 7UD et 7UF relatives aux dons se trouveront de nouveau sur le formulaire principal (2042) de la déclaration de revenus cette année, et non plus dans la déclaration annexe 2042 RICI comme c’était le cas entre 2017 et 2020.

> Déclaration fiscale et sociale unifiée pour les indépendants

Par souci de simplification, la déclaration sociale des indépendants (DSI) est supprimée en 2021. Elle laisse la place à une déclaration fiscale et sociale unifiée. "Cette déclaration unique permettra le calcul des cotisations et contributions sociales personnelles, en plus de celui de l’impôt sur le revenu", indique l’Acoss dans un communiqué.

Sont concernés les travailleurs indépendants exerçant une activité artisanale, industrielle, commerciale ou libérale et affiliés au régime général des travailleurs indépendants. A l’inverse, les auto-entrepreneurs ainsi que les personnes relevant des régimes des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés, de la Mutualité Sociale Agricole, des Artistes auteurs (MDA/AGESSA) ou des marins pêcheurs et marins du commerce ne sont pas concernées.

> Indemnité kilométrique: majoration de 20% pour les véhicules électriques

Si le barème des indemnités kilométriques est resté inchangé pour les véhicules essence ou diesel, les modèles électriques bénéficient d'un coup de pouce. En effet, les frais de déplacement en véhicules électriques calculés à partir de ce barème seront majorés de 20% dans le cadre de l’imposition des revenus 2020.

Prenons le cas d’un salarié qui a parcouru 8000km en 2020 avec une voiture électrique d’une "puissance fiscale" de 4CV. Ce dernier pourra déduire 4200 euros de ses revenus perçus en 2020, contre 3728 euros s’il roule en véhicule thermique. Cette incitation à rouler électrique nécessite évidemment de passer aux frais réels.

> Impôt Madelin

Entre le 10 août et le 31 décembre 2020, la réduction de l’impôt Madelin pour les souscriptions ou augmentations au capital initial de PME est passée de 18 à 25% du montant investi. Dans la déclaration complémentaire de revenus 2042 C, deux cases distinctes permettront de séparer les versements opérés avant et après le 10 août.

> Application modernisée

Les services informatiques de la Direction générale des Finances publiques ont récemment travaillé au relooking de l’application mobile Impots.gouv. Au-delà du nouveau design qui permet "une présentation plus simple et plus fluide", cette nouvelle version embarque quelques nouveautés.

Elle offre par exemple la possibilité d’utiliser l’outil de reconnaissance par empreinte digitale ou faciale pour se connecter à son compte sans avoir à saisir son mot de passe. Les paiements sont également simplifiés tandis qu'une traduction en anglais est disponible. Surtout, les utilisateurs éligibles pourront visualiser leur déclaration automatique directement sur l’application, "ce qui constitue une avancée majeure, notamment pour les jeunes actifs", assure la Direction générale des Finances publiques.

A noter enfin que les contribuables pourront communiquer avec un assistant virtuel en se connectant à leur espace personnel sur le site impots.gouv. Ce nouvel outil permettra d’obtenir les réponses aux principales questions posées ces dernières années à l’administration fiscale.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco