BFM Patrimoine

Pourquoi la décision de la BCE concerne votre argent

Les annonces de la BCE devraient impacter l'épargne

Les annonces de la BCE devraient impacter l'épargne - Ken Teegarden - Flickr - CC

La Banque centrale européenne a annoncé ce jeudi 22 janvier une mesure de soutien massive à l'économie, appelée "quantitative easing". La décision de l'institution européenne aura des conséquences tant sur le niveau des prix que sur les taux des crédits immobiliers.

Journée historique pour la Banque centrale européenne. Ce jeudi 22 janvier, l'institution dirigée par Mario Draghi a annoncé une mesure exceptionnelle de soutien à l'économie: le "quantitative easing" (QE).

Ce terme un peu barbare signifie que la Banque centrale européenne va intervenir sur les marchés en rachetant de la dette émise par des Etats, dès mars prochain. Ce type d'action a déjà été entrepris avec plus ou moins succès par d'autres banques centrales, comme la Banque du Japon ou la Réserve fédérale américaine (Fed). 

Si cette mécanique vous semble obscure, elle n'en a pas moins des effets sur votre quotidien. Voici donc en quelques points pourquoi la décision de la BCE, ce jeudi, vous concerne.

> Parce que cela a un impact sur les prix

Le but avoué de l'opération de la Banque centrale européenne est de refaire partir l'inflation, actuellement en berne. Au mois de décembre, les prix ont même baissé de -0,2% en zone euro. Face à ce phénomène le scénario catastrophe serait l'arrivée de la déflation, c'est-à-dire une baisse des prix durable. Soit précisément ce que la BCE veut éviter.

A première vue, on peut penser que cette situation est une bonne chose puisqu'une baisse des prix semble favorable en consommateur. Il n'en est rien.

Gilles Moec, chef du département Economies développé chez Bank of America Merrill Lynch, a donné à BFMbusiness.com, mardi 20 janvier, un exemple très concret: "lorsque vous vous endettez pour acheter une maison vous faites une hypothèse sur la valeur réelle de l'objet. Si l'inflation est de 2%, il va y avoir une érosion naturelle de votre endettement. A l'inverse, si les prix baissent de 2%, la valeur réelle de votre dette augmente".

De plus, la déflation peut entraîner une spirale négative car elle pousse les ménages à reporter leurs décisions d’achat. En effet, quel est l'intérêt d’acheter une voiture aujourd’hui si elle sera moins chère dans quelques mois? Le problème est que les producteurs s’adaptent à ces comportements attentistes: ils diminuent leur capacité de production et réduisent leurs effectifs et/ou les salaires. Ce qui alimente la déflation et boucle la boucle.

> Parce que votre épargne peut être affectée par ces décisions

Le quantitative easing de la BCE doit également impacter marchés financiers et donc indirectement l'épargne. "Le QE incite les ménages à se tourner vers une épargne plus risquée. Les rendements sur les actifs les moins risqués vont devenir nuls voire négatifs, et à l'inverse les produits plus risqués gagneraient en attractivité”, explique ainsi Gilles Moec.

En d’autres termes, la BCE risque de rendre les obligations encore moins intéressantes au profit des actions. "Les taux des obligations ne sont pas prêts de remonter. En revanche les décisions de la BCE devraient favoriser l'activité. En toute logique et si l'on se base sur les expériences américaines ou japonaises, les investisseurs vont se ruer là où il y a du dividende, sur les marchés actions", confirme Philippe Crevel, le président du Cercle de l'Epargne. "C’est plutôt une bonne nouvelle pour les produits d'épargne qui ont une composante action", poursuit-il.

Par exemple, les contrats d'assurance-vie en unités de compte devraient bénéficier de la mesure. A l'inverse, les contrats d'assurance-vie en euros, dont les fonds sont largement investis en obligation, devraient être moins intéressant. "A supposer toutefois que les assureurs répercutent effectivement la baisse des taux des obligations", nuance Philippe Crevel. Il indique également que les livrets bancaires vont voir leur rendement baisser car leur rémunération est basée sur les taux des marchés interbancaires. Or, en inondant de liquidités les banques, la BCE devrait faire baisser ces taux.

> Parce que votre crédit immobilier peut devenir plus intéressant

Le Quantitative easing de la BCE met un peu plus la pression sur les taux des emprunts de l’Etat français à 10 ans. Les titres Français ont ainsi atteint un nouveau plus bas historique jeudi, à 0,587%, après l'annonce de la banque centrale. Or les taux de la dette française à 10 ans servent de référence aux banques pour proposer des crédits immobiliers à taux fixes.

Du coup, la baisse des taux de la dette à 10 ans donne une certaine marge de manoeuvre aux banques qui peuvent ensuite décider de la répercuter sur les taux des crédits immobiliers. Une aubaine pour les nouveaux acheteurs qui pourraient ainsi bénéficier de conditions de financement exceptionnelles pour pouvoir financer l’achat de leur bien. Quant aux autres, il est toujours possible de renégocier leur prêt afin de profiter des taux plus bas.

>> Pour mieux comprendre le quantitative easing regardez ce décryptage signé Laure Closier

Julien Marion