BFM Patrimoine

Le nouveau prêt à taux zéro avantageux mais... "contraignant"

Selon le courtier en crédit Vousfinancer.com, le nouveau PTZ est avantageux mais compliqué à mettre en place lors de l'acquisition d'un bien ancien à rénover.

Selon le courtier en crédit Vousfinancer.com, le nouveau PTZ est avantageux mais compliqué à mettre en place lors de l'acquisition d'un bien ancien à rénover. - Fred Dufour - AFP

La nouvelle version du PTZ ne séduit pas tout le monde. Si le dispositif devrait contribuer au retour des primo-accédants sur le marché immobilier, il impose toutefois la réalisation d'importants travaux de rénovation dans l'ancien.

Applicable depuis le 1er janvier 2016, le prêt à taux zéro élargi est "un signal très positif envoyé au marché et devrait contribuer au retour des primo-accédants", déclare mercredi Vousfinancer.com. Le dispositif qui permet notamment de financer jusqu’à 40% du montant du bien (contre 18 à 26% en 2015) est "plus avantageux, plus souple et plus accessible aussi bien dans le neuf que dans l’ancien", estime le courtier en crédit.

En outre, les plafonds de revenus annuels pour prétendre au PTZ sont augmentés de 1.000 à 8.000 euros selon la composition de la famille et la zone du bien, et la durée de remboursement de ce prêt sans intérêt est allongée à 25 ans avec un différé de 5, 10 ou 15 ans (contre 0 à 14 ans de différé auparavant, sous conditions de ressources seulement). À noter aussi qu’il est désormais possible de mettre son bien en location au bout de 6 ans, ce qui était impossible avant la fin du remboursement du PTZ en 2015.

L’autre avantage du nouveau PTZ, c’est qu’il est étendu dans l’ancien à la France entière, à condition de faire des travaux de réhabilitation représentant 25% du coût total de l'opération. Jusque-là, seules 6.000 communes de la zone C étaient éligibles au dispositif.

Trop contraignant et compliqué à mettre en place

Une mesure qui laisse le courtier perplexe, à l'image de certains agents immobiliers, très partagés sur la question.

"Le fait de conditionner l’octroi du PTZ à la réalisation d’importants travaux de rénovation est trop contraignant et compliqué à mettre en place, ce qui pourrait... Cliquez ici pour lire la suite

Julien Mouret