BFM Patrimoine

L'art bénéficie toujours d'une fiscalité privilégiée

Paris garde une place importante dans le marché de l'art

Paris garde une place importante dans le marché de l'art - -

Le marché de l'art est reparti de l'avant en 2013. Si les Français aisés continuent à investir, c'est en partie parce que la fiscalité touchant l'art reste favorable.

Le marché de l'art français se porte bien. Et s'il ne représente que 5% du marché mondial, "c'est l'un des domaines où la France est devant l'Allemagne", lançait cette semaine sur BFM Business Aline Sylla-Walbaum, directrice générale de Christie’s France.

En 2013, ce secteur a connu un véritable regain d'énergie. "Il y a des catégories d'œuvres d'art qui attirent particulièrement l'attention des collectionneurs et des investisseurs, surtout l'art contemporain. Paris reste un centre privilégié pour des spécialités déterminées comme l'art africain et océanien, la photographie, la déco et design".

Et si la France continue de progresser, c'est notamment grâce à une fiscalité encourageante. "La situation du marché de l'art est relativement stable. Les œuvres d'art ne sont pas incluses dans l'assiette de l'ISF", explique Aline Sylla-Walbaum.

Payer ses impôts en tableaux

Elle précise: "quand vous êtes dans une logique de gestion de patrimoine, détenir des objets d'art permet de constituer un patrimoine facilement sécable lorsque vous voulez le diviser entre vos enfants par exemple".

Mais surtout, la fiscalité des plus-values est attractive. "La taxe forfaitaire pour laquelle vous pouvez opter en cas de plus-values va passer de 5% à 6,5% prélèvements sociaux inclus. Par rapport à l'assurance-vie ou aux actions, cela reste très intéressant".

Surtout, les œuvres d'art "peuvent servir à payer ses impôts (droit sur les successions, sur les mutations, et l'ISF). Il y a un petit formulaire à remplir, qui est suivi d'une évaluation par une commission interministérielle. Elle statue sur la valeur de l'œuvre. L'intérêt pour l'Etat est de compléter les collections nationales".

Diane Lacaze