BFM Patrimoine

Immobilier: mieux vaut investir à Rennes qu'à Bordeaux pour profiter de l'effet TGV 

Après Bordeaux, les prix à Rennes montent en puissance.

Après Bordeaux, les prix à Rennes montent en puissance. - MIGUEL MEDINA - AFP

L'arrivée de la ligne à grande vitesse qui met désormais Rennes à moins d'une heure et demie de Paris dope l'attractivité de la capitale de la Bretagne. Résultat: les prix des logements prennent leur envol. Et cela ne fait que commencer.

Rennes pourrait bientôt suivre la même trajectoire que Bordeaux, qui voit ses prix de l'immobilier grimper en flèche depuis plusieurs mois. Pourquoi? Pour les mêmes raisons qui ont permis à la capitale girondine de devenir l'une des villes les plus chères de France: l'arrivée de la ligne à grande vitesse. Voilà ce qui booste l'attractivité de Rennes, désormais à moins d'une heure et demie de Paris en TGV. Certes, la hausse des prix dans l'ancien reste moins forte qu'à Bordeaux, mais elle a tout de même atteint 4% en juillet sur un an à 3052 euros le mètre carré, selon le dernier baromètre de LPI-SeLoger.

Cela reste considérable et il est très probable que la dynamique se maintienne, voire s'accélère. Tout simplement parce que Rennes est une destination clé pour faire de l'investissement locatif: ville très étudiante avec des prix qui restent abordables par rapport à Paris, où la barre des 9000 euros/m² a été franchie au printemps dernier. Résultat: Rennes affiche des rendements très attractifs, autour de 6% par an en moyenne. C'est désormais mieux qu'à Paris ou qu'à Bordeaux, où la rentabilité locative est affectée par le niveau élevé des prix.

Flambée des prix à Bordeaux

L'année 2017 a été marquée dans l'immobilier par la flambée bordelaise. La hausse des prix a été spectaculaire au cours des derniers mois. Selon LPI-SeLoger, elle frôlait en juillet les 11% sur un an, et la moyenne des transactions signées ces trois derniers mois porte le prix moyen au m² au-delà des 4600 euros. Un record historique qui confirme que Bordeaux est bien désormais la deuxième ville la plus chère de France derrière Paris, mais devant Nice (4242 euros/m²) et Lyon (4597 euros/m²).

La flambée des prix touche également l'immobilier neuf. Le site Trouver-un-logement-neuf.com évoque une hausse de 8% sur les six derniers mois à Bordeaux. Mais la progression est encore plus spectaculaire dans les villes de la périphérie bordelaise, comme au Bouscat qui a pris plus de 21% depuis le début de l'année. On a atteint de tels niveaux de prix que les Bordelais sont ceux qui perdent le plus en pouvoir d'achat immobilier. À mensualités équivalentes, 8 m² achetables en moins depuis le début de l'année d'après le dernier baromètre du courtier Meilleurtaux.com. Soit une pièce en moins en l'espace de seulement six mois.

INTERVIEW: Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet

"La hausse des prix à Bordeaux n'est pas près de s'arrêter"

Peut-on parler d'une flambée des prix à Bordeaux?

Oui les prix des logements anciens augmentent depuis 5 ans et cette accélération ne faiblit pas, sous l'effet bien sûr de la forte baisse des taux de crédit immobilier. Au sein de notre réseau, nous constatons dans la capitale girondine une hausse de 7% sur les 12 derniers mois (+2,5% sur trois mois) dans un marché immobilier qui a repris des couleurs au niveau national, tant en volume qu'en valeur. En France, la progression n'est que de 2% en un an et +0,5% sur les trois derniers mois.

Comment expliquer cette accélération des prix?

Le déclencheur pour nous a été...

>> Lire la suite

Marie Coeurderoy édité par J.Mo.