BFM Patrimoine

Immobilier: les loyers parisiens en panne sèche?

Les loyers parisiens signent leur plus faible hausse depuis 15 ans, selon l'Olap.

Les loyers parisiens signent leur plus faible hausse depuis 15 ans, selon l'Olap. - Philippe Huguen - AFP

La faible hausse de l'Indice de référence des loyers et la modération des tarifs pratiqués par les propriétaires lors des emménagements de nouveaux locataires expliquent la tendance, selon l'Olap. Une tendance au ralentissement que devrait accentuer l'encadrement des loyers dans la capitale.

Les loyers de l'agglomération parisienne ont enregistré en 2014 leur plus faible hausse annuelle depuis 2001, avec une progression de 0,8%, limitée par un décret annuel publié chaque été depuis 2012, a annoncé mardi l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap). En 2013, les loyers parisiens avaient grimpé de 2,3%.

Ces chiffres résultent "à la fois de la faible hausse de l'Indice de référence des loyers (IRL) largement appliqué au loyer des locataires n'ayant pas déménagé, et de la modération des hausses de loyers lors des emménagements", détaille l'Olap. Mais la modération est aussi "l'effet attendu des décrets annuels de limitation de la hausse des loyers en cas de relocation" pris chaque été depuis août 2012, dans un "contexte de stagnation des valeurs immobilières".

+1% en moyenne à Paris

La tendance reste toutefois à nuancer dans la région. Ainsi, les loyers du secteur libre ont progressé en moyenne de 1% à Paris et en petite couronne - Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne- alors qu'ils demeuraient quasi stables (+0,2%) en grande couronne (Essonne, Seine-et-Marne, Val d'Oise et Yvelines).

Et si Paris reste le département le plus cher... Cliquez ici pour lire la suite

Léo Monégier avec AFP