BFM Patrimoine

De plus en plus de Français propriétaires à moins de 30 ans

Les courtiers constatent un engouement des moins de 30 ans pour les demandes de crédit immobilier.

Les courtiers constatent un engouement des moins de 30 ans pour les demandes de crédit immobilier. - Andy Rennie – Flickr – CC

En 2016, les jeunes ménages ont représenté plus d’un tiers des acquéreurs d'un logement ayant recouru à un emprunt, selon le courtier Meilleurtaux. Mais l'accès au crédit reste difficile pour les salariés en CDD ou ceux qui n'ont pas d'apport suffisant.

Il n’y a pas d’âge pour devenir propriétaire de sa résidence principale. Avec la baisse des taux de crédit à des niveaux historiquement bas, la relative stabilité des prix et l’extension du Prêt à taux zéro (PTZ) aux logements anciens, bon nombre de jeunes ménages sont parvenus à financer l'achat de leur première résidence principale en 2016. L’an dernier, les moins de 30 ans ont représenté plus d’un tiers des prêts accordés par l'intermédiaire des courtiers de Meilleurtaux, comme l'indiquait la semaine passée, Le Parisien. En 2015, les jeunes ménages ne représentait que 22% des prêts décrochés. Et cette tendance se confirme en ce début d’année, nous précise le courtier.

Autre chiffre intéressant que nous révèle cette fois Vousfinancer.com: parmi les emprunteurs qui ont réalisé leur premier achat immobilier (appelés aussi "primo-accédants") depuis le 1er janvier 2017, 19% sont âgés de moins de 30 ans alors qu’ils étaient 17% en 2015 et en 2016. Surtout, pour la première fois en deux ans, ces derniers sont plus nombreux à souscrire un crédit que les 30-39 ans.

Le profil de ces jeunes propriétaires est difficile à cerner avec précision. Seule certitude, tous âges confondus cette fois, les primo-accédants qui sollicitent ce courtier gagnent un peu moins de 40.000 euros par an et ont un apport moyen d’environ 26.000 euros.

L'apport personnel, principal frein à l'accession?

Mais attention, les banques continuent à privilégier les salariés en CDI.

Pour lire la suite, cliquez ici

Julien Mouret