BFM Patrimoine

Crédit immobilier: les taux moyens cloués sous la barre des 1,60%

La hausse des taux de crédit immobilier s'essouffle.

La hausse des taux de crédit immobilier s'essouffle. - Eric Piermont - AFP

Pour le troisième mois consécutif, les taux moyens hors assurance se stabilisent sous la barre des 1,60%, selon le dernier baromètre Crédit Logement/CSA. La tendance devrait se poursuivre durant l'été, assurent plusieurs courtiers.

Les taux de crédit accordés aux ménages par les banques, toutes durées d'emprunt confondues, se sont établis en moyenne à 1,57% en juin, après 1,56% en mai et 1,55% en avril. C'est ce qui ressort du dernier baromètre Crédit Logement/CSA, selon lequel "la hausse n'est plus que négligeable", signe que la remontée des taux amorcée en décembre 2016 "s'essouffle".

Un scénario semblable à ce qui s'était produit les étés 2013 et 2015, tant par l'ampleur de la hausse que par sa durée, souligne l'observatoire. Dans le détail, les taux moyens sur 15 et 20 ans sont stables à respectivement 1,41% et 1,60% hors assurance, tandis que celui sur 25 ans baisse à 1,88%. Le fait que les banques restent agressives sur des durées d'emprunt plus longues montre qu'elles continuent de prêter aux ménages un peu plus modestes ou qui ont moins d'apport.

L'étude pointe cependant la hausse rapide des prix de l'immobilier qui "pèse de plus en plus lourdement sur une demande qui s’affaiblit. Pour autant, tempère-t-elle, les conditions de crédit actuelles restent favorables à la réalisation de projets d'achat".

À quoi s'attendre ces prochaines semaines?

Ce mouvement de stabilité des taux semble en tout cas se confirmer début juillet, malgré quelques hausses observées dans certaines caisses régionales sur certaines durées et des baisses notamment pour deux grandes enseignes nationales, a indiqué ce matin le courtier Meilleutaux.com. De son côté, Vousfinancer.com ne voit pas de "mouvement majeur sur les taux, mais des différences importantes d’une banque à l’autre, en fonction des stratégies propres à chaque établissement".

D’ailleurs, certaines banques viennent de mettre en place "des prêts à taux zéro internes" afin de capter les primo-accédants, clientèle recherchée et actuellement pénalisée par la hausse des prix dans les grandes villes.

Dans le courant de l’été, Meilleurtaux anticipe "des taux stables et peut-être quelques hausses ici ou là, notamment dans les établissements bancaires un peu 'engorgés' qui pourraient remonter légèrement leurs taux afin d’éviter une trop forte demande". En clair, "rien de généralisé et rien de très élevé" à attendre ces prochaines semaines.

Julien Mouret