BFM Patrimoine

Cette étude coupe court aux idées reçues sur les HLM

La Confédération générale du logement (CGL) a donné la parole aux locataires des logements sociaux.

La Confédération générale du logement (CGL) a donné la parole aux locataires des logements sociaux. - Philippe Desmazes - AFP

Une association a enquêté sur les conditions d'habitation en HLM. Premier constat: les locataires sont majoritairement satisfaits de leur logement. L'étude pointe cependant une faiblesse dans la communication avec les propriétaires, parfois inexistante.

Il fait bon vivre en HLM. Parmi les 17,5% de ménages français qui louent un logement social, la plupart sont satisfaits de leurs conditions de vie et même du montant de leur loyer, révèle une étude de la Confédération générale du logement (CGL).

Cette enquête met à mal un certain nombre d’idées reçues sur les logements sociaux. Elle montre qu'on peut y vivre décemment sans forcément avoir à dépenser une fortune dans une location, comme ces deux colocataires qui louent un 55 m² du parc social en banlieue parisienne, pour moins de 400 euros par mois.

Selon l'étude, près de 70% des locataires apprécient leur cadre de vie (espaces verts, commerces, transports, etc.) et se sentent en sécurité dans leur logement. En revanche, seuls 54% déclarent vivre sereinement dans leur quartier, avec un taux de "sans opinion" qui grimpe à 13% pour cette question. Preuve, selon la CGL, de l’existence d’un malaise lorsqu’on aborde ce thème.

Faiblesse dans la relation bailleurs-locataires

La sécurité est l'une des préoccupations des locataires des logements sociaux. Cependant, elle varie fortement d’un secteur géographique à un autre...

Cliquez ici pour lire la suite

État des lieux du logement social

- 12 millions d'habitants soit 17,5% des ménages français (source: USH et Comptes du logement).

- 60% des ménages logés par les organismes HLM ont des revenus inférieurs à 60% des plafonds de ressources.

- 2,2 millions de ménages locataires HLM bénéficient d’une aide personnelle au logement.

Julien Mouret