BFM Patrimoine

Bourse: investissez quand il fait froid!

Une journée d'hiver bien froide, le moment rêvé pour investir en Bourse.

Une journée d'hiver bien froide, le moment rêvé pour investir en Bourse. - -

Une étude publiée par la York University du Canada et basée sur les index boursiers de 49 pays démontre qu'en prenant en compte la météo pour investir, on pourrait obtenir un rendement de plus de 25%.

Le réflexe à avoir en cas de journée d'hiver particulièrement froide: bien se couvrir, augmenter le chauffage, et… investir en Bourse. C'est en tout cas ce que des chercheurs de la York University, au Canada, déclarent dans une récente étude intitulée "Est-ce que la météo influence les gains des marchés mondiaux?"

Selon eux, les hivers particulièrement vigoureux, et surtout les jours en dessous de la moyenne de saison, sont ceux où les retours sur investissement sont plus élevés. Pour analyser ce phénomène, les auteurs se sont penchés sur les index des marchés de Thomson Reuters de 1973 à 2012, dans 49 pays.

Résultat: en prenant en compte la météo de 5 à 9 heures du matin dans la région des Bourses en question, les auteurs estiment qu'ils auraient pu obtenir un retour de 25%. Mais attention: ces résultats ne sont valables que dans les pays tempérés. Dans les pays chauds comme en Asie, cette stratégie ne s'appliquerait pas.

Le soleil est aussi de bon conseil

Quelle explication donner à ce phénomène étrange? Les auteurs rappellent des études de psychologie prouvant que les gens prenaient plus facilement des risques quand la température baisse. Par ailleurs, l'étude vérifie qu'en cas de journée froide mais particulièrement ensoleillée, il est aussi temps d'investir.

Comme le souligne The Economist, ces résultats confirment de précédentes études. Une avait déjà vérifié cette hypothèse en 2001: le rendement moyen annualisé de la Bourse de New York les jours ensoleillés serait de 24,8% contre 8,7% les jours nuageux. Le phénomène s'inverserait cependant en cas de canicule. Mais l'étude ne tenait compte "que" de 26 pays, de 1982 à 1997.

J.S