BFM Business

Follow l’expert : comment booster et optimiser sa stratégie RSE ?

Plus qu’une tendance, la responsabilité sociale et environnementale est désormais un sujet de fond pour les entreprises, qui ne peuvent plus s’en affranchir. Or comment (continuer à) la développer ? Dans ce nouvel épisode de Follow l’expert, le rendez-vous mensuel de BFM Business présenté par Guillaume Paul où un expert-comptable répond aux interrogations des entrepreneurs, les invités ont échangé autour de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE)

La RSE est-elle devenue incontournable en entreprise ? Elle fait en tout cas partie de l’ADN de nombreuses start-up aujourd’hui, souhaitant proposer autre chose qu’un simple produit ou service aux consommateurs. La mission de ces jeunes entrepreneurs est ainsi de transmettre des valeurs responsables, mais aussi de “convaincre et transformer l’ensemble de la société” explique ainsi Dominique Restino, Président fondateur du Moovjee (Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs), accompagné de l’expert-comptable Iris Chabrol-Dekkiche et des entrepreneurs Emmanuel Bardin, cofondateur de Lemon Tri et Maëva Bentitallah, fondatrice de Clever Beauty.

Lemon Tri
Lemon Tri © BFM Business

Depuis 2011, la société Lemon Tri conçoit des solutions innovantes et solidaires pour recycler plus et mieux. Avec sa filiale Lemon Aide - spécialisée dans la collecte, le tri et la valorisation des déchets - l’entreprise compte désormais 60 collaborateurs, dont 16 personnes en insertion. Si la responsabilité sociale et environnementale fait partie intégrante de l’ADN de Lemon Tri depuis presque 10 ans, comment ne pas reposer sur ses lauriers, continuer d’avoir un impact et rendre cette politique RSE encore plus performante ? Faire le point sur ses réalisations est un premier pas.

Selon l’expert-comptable Iris Chabrol-Dekkiche, la RSE est “comme un projet d’entreprise, c’est quelque chose qui se fait vivre dans la durée”, où gouvernance rime avec transparence. Se poser de nouvelles questions est donc important, mais ne peut se faire sans la consultation de son écosystème. Déterminer les attentes des différentes parties prenantes - en externe comme en interne - est en effet clé. Interroger les interlocuteurs (salariés, partenaires, fournisseurs…) pour les impliquer dans le processus de décision, peut permettre en effet de guider les actions par la suite. Et donner ainsi un nouveau souffle à la politique RSE de l’entreprise, et même la faire vivre dans le temps.

Clever Beauty
Clever Beauty © BFM Business

Créée en 2007, la marque Clever Beauty propose des vernis à ongles naturels vegan, anti-gaspillage, non toxique et sans perturbateurs endocriniens. La jeune société vend également des “dissolvettes”, une alternative écoresponsable aux cotons jetables, confectionnées par des travailleurs en situation de handicap.

À la tête d’une société déjà très engagée, la fondatrice Maëva Bentitallah se demande aujourd’hui si - en pleine levée de fonds - elle ne devrait pas changer les statuts de Clever Beauty pour que celle-ci devienne une entreprise à mission ? Contrairement aux entreprises traditionnelles ayant comme objectif premier celui de générer du profit pour les actionnaires, les entreprises à mission peuvent déclarer leur raison d’être à travers des objectifs sociaux et environnementaux. Si la loi Pacte de 2019 permet bien à une société d’obtenir ce statut audacieux, Iris Chabrol-Dekkiche rappelle pour autant qu’un audit est réalisé tous les deux ans par des tiers indépendants, afin de déterminer si les objectifs fixés sont bien en train d’être réalisés. Un cadre clair doit donc être défini à l’avance. “On ne se proclame pas entreprise à mission ; on l’est, on le prouve et on le démontre” conclut Dominique Restino.

Comment booster et optimiser sa stratégie RSE ?
Comment booster et optimiser sa stratégie RSE ? © BFM Business

Pour booster sa stratégie RSE, trois points sont à retenir selon Iris Chabrol-Dekkiche. Interagir avec ses parties prenantes pour s’interroger collectivement sur l’avenir de la politique RSE de l’entreprise. Ensuite, faire preuve de transparence : savoir expliquer ses objectifs et convaincre. Enfin, se fixer un cadre ambitieux est crucial. Pour y arriver, s’entourer d’un expert-comptable - qui prendra en compte les contraintes métier et business de ces entreprises - est ainsi fortement recommandé.

  • Diffusions samedi 19 décembre à 18h et dimanche 20 décembre à 14h30
en partenariat avec l'Ordre des Experts-comptables