BFM Business

Les investissements de l'industrie chuteront lourdement cette année

Selon IG Metall, passer à la semaine de travail de quatre jours limiterait les suppressions d'emploi, samedi, dans un contexte de récession
économique due à la pandémie et face aux mutations à venir de l'industrie automobile allemande.

Selon IG Metall, passer à la semaine de travail de quatre jours limiterait les suppressions d'emploi, samedi, dans un contexte de récession économique due à la pandémie et face aux mutations à venir de l'industrie automobile allemande. - John MACDOUGALL

Et selon une enquête de l'Insee, le rebond en 2021 sera relativement faible et disparate.

Crise et confinements pénalisent l'activité et l'emploi dans les industries françaises. Tout comme leurs investissements qui devraient lourdement chuter cette année.

Selon une enquête de l'Insee, les chefs d’entreprise de l’industrie manufacturière estiment qu’ils auront réduit leurs investissements de 14% en valeur en 2020 par rapport à 2019. C'est 3 points de moins que leur précédente estimation en avril.

Il s'agira du premier repli des dépenses de l'industrie depuis 2013 (-5%) et 2009 juste après la crise financière (-21%).

C'est dans le secteur de matériels de transports que le repli sera le plus important (-24%) dont -16% dans la construction automobile alors que le secteur est en pleine transition énergétique.

Les investissements dans l'automobile s'écroulent

"Selon les industriels, la situation de 2020 est moins favorable à l’investissement que celle de 2019 à presque tous les points de vue. En premier lieu, la demande porte encore moins à investir que l’an passé. Le recul est même plus marqué pour la demande étrangère. En second lieu, les conditions financières stimulent moins l’investissement. En revanche, les industriels jugent "les autres facteurs" (dont les aides fiscales) aussi favorables à l’investissement en 2020 qu’en 2019" commente l'Insee.

Pour 2021, le rebond serait très relatif puisque les patrons interrogés prévoient un une hausse de seulement 4% en valeur, avec des situations contrastées suivant les secteurs.

L'investissement retrouverait son niveau de 2019 dans l’agro-alimentaire (+7% de croissance prévue en 2021 après -7% en 2020) et dans la fabrication de biens d’équipements (+10% prévu en 2021 après -7% en 2020).

En revanche, l’investissement du secteur de la fabrication de matériels de transport diminuerait de nouveau en 2021 (-2% dont encore -7% dans l'automobile), et celui des autres industries (textile, chimie, pharmacie, métallurgie, etc.) ne rebondirait que faiblement (+3% après -13%).

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business