BFM Business

Les cinq raisons qui expliquent le chômage de masse

Emmanuel Lechypre, éditorialiste à BFM Business, explique le fort taux de chômage en France

Emmanuel Lechypre, éditorialiste à BFM Business, explique le fort taux de chômage en France - -

Les chiffres de l'emploi seront publiés ce mardi 26 février. Celui-ci devrait repartir nettement à la hausse. La France n'arrive pas à lutter contre le chômage de masse. Voici pourquoi.

Les chiffres du chômage pour le mois de janvier seront publiés ce mardi 26 février à 18 heures. Après une certaine stabilisation en décembre, cette fois l'augmentation du nombre de demandeurs d'emploi devrait être conséquente. La France ne parvient pas à lutter contre le chômage de masse.

Le constat est accablant. Jamais depuis 1991, il n’y a eu moins de 2 millions de chômeurs en France, et la barre des 3 millions a été franchie fin 2012, sans doute pour un moment. Un phénomène, qui loin d’être une malédiction, s’explique par cinq raisons majeures :

> La 1ère est le code du travail. Trop rigide, les entreprises sont découragées d’embaucher parce que il y est lourd et compliqué de licencier.

> La 2ème explication est le coût du travail. Le travail supporte le financement de la protection sociale, le coût est donc est trop élevé. Et le smic a été trop revalorisé, ce qui constitue une véritable barrière à l’embauche.

> La 3ème raison est l’inadéquation de l’offre et de la demande de travail, la dévalorisation des filières professionnels.

> Le système d’indemnisation est ensuite mal dimensionné, parfois trop généreux, parfois trop lâche.

> Enfin, 5ème raison, l’affaiblissement de notre industrie dont la compétitivité s’est effondrée.

Réponses inadaptées

A cela, cinq types de réponses ont été proposées. Les préretraites ont été utilisées à dose massive. De plus, il y a eu un allègement du cadre juridique des contrats de travail.

Les pouvoirs publics ont encouragé les contrats aidés et ont baissé de charges sur les bas salaires. Et enfin, la mise en place des RTT. Tout cela fini par coûter cher aux finances publiques, pour une efficacité très limitée.

Emmanuel Lechypre