BFM Business

La Chine sanctionne économiquement la Corée du Nord

La Chine va appliquer les sanctions décidées à l'Onu contre la Corée du Nord.

La Chine va appliquer les sanctions décidées à l'Onu contre la Corée du Nord. - Andy Wong - AFP

Pékin a annoncé ce lundi la suspension de toute importation de fer, de plomb, ou encore de produits de la mer en provenance de Corée du Nord, appliquant ainsi les sanctions décidées par l'Onu.

La Chine, principal soutien économique de Pyongyang, a annoncé ce lundi la suspension de toutes ses importations de fer, de plomb, de minerais de ces deux métaux, de produits de la mer en provenance de Corée du Nord, en application des sanctions décidées à l'Onu.

A partir de mardi, "toutes les importations de charbon, fer, minerai de fer, plomb, minerai de plomb, et d'animaux aquatiques et produits de la mer seront interdites", a indiqué le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

Il s'agit "d'une mise en oeuvre de la résolution onusienne 2371", a-t-il précisé.

La Chine, destinataire l'an dernier de plus de 92% des exportations nord-coréennes, apporte un soutien économique et financier vital au régime stalinien.

Un "effet limité" selon Trump

Pékin, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, avait approuvé le 6 août une septième volée de sanctions économiques internationales contre la Corée du Nord.

Ce texte, riposte au tir par Pyongyang de missiles intercontinentaux, est censé priver Pyongyang d'un milliard de dollars de recettes annuelles, lui retirant ainsi une source cruciale de devises.

Le président américain Donald Trump avait néanmoins redouté que les sanctions aient un "effet limité", et il avait jugé jeudi dernier que la Chine devait "faire beaucoup plus" pour mettre la pression sur son turbulent voisin.

En retrait face à la récente escalade verbale entre les Etats-Unis et Pyongyang, Pékin a de son côté exhorté "à la retenue", et le ministère chinois des Affaires étrangères Wang Yi avait assuré que son pays appliquerait "à 100%" les nouvelles sanctions.

Y.D. avec AFP