BFM Business

Evasion fiscale: le ton monte entre Bruxelles et l'Autriche

Maria Fekter assure qu' "elle se battra comme une lionne" pour défendre le secret bancaire

Maria Fekter assure qu' "elle se battra comme une lionne" pour défendre le secret bancaire - -

La ministre autrichienne des Finances, Maria Fekter a déclaré, ce lundi 8 avril, qu'elle se battrait "comme une lionne" pour défendre le secret bancaire de son pays. Des propos qui ont provoqué l'ire de Bruxelles.

C'est une belle fin de non-recevoir qu'a adressé la ministre autrichienne des Finances à la Commission européenne, ce lundi 8 avril.

Bruxelles demande à Vienne d'imiter le Luxembourg, en réduisant son secret bancaire pour faciliter l'échange de données concernant les comptes bancaires domiciliés dans le pays. Or, Maria Fekter a assuré, dans une interview accordée au journal Österreich, et publiée ce lundi, qu'elle se battra "comme une lionne", pour défendre le secret bancaire dans son pays.

"Je combats la fraude fiscale, mais je suis aussi garante des dépôts d'honnêtes épargnants. Rien ne justifie de dévoiler les comptes de ceux qui n'ont rien fait de mal. C'est pourquoi je me bats comme une lionne pour maintenir le secret bancaire", a-t-elle affirmé.

"Tant que je serai ministre, je n'approuverai aucun projet qui remettrait en cause le secret bancaire", a-t-elle ajouté.

"Il est impossible qu'un Etat-membre bloque les 26 autres"

A Bruxelles, la réaction ne s'est pas faite attendre. En écho aux propos de la ministre, Emer Traynor, porte-parole du commissaire européen chargé de la Fiscalité, Algirdas Semeta, a estimé qu'"il est impossible qu'un Etat-membre bloque les 26 autres" .

"Il est difficile pour l'Autriche de maintenir sa position quand tous les autres Etats membres sont prêts à avancer vers un échange automatique d'informations", a-t-elle insisté lors d'un point de presse.

Le Luxembourg et l'Autriche sont aujourd'hui les deux seuls Etats de l'Union européenne qui refusent de communiquer aux autres pays membres l'identité des titulaires étrangers de comptes bancaires dans leurs établissements financiers.

Seulement le grand-duché, au contraire de Vienne, a déjà fait un pas dans le sens de la Commission européenne. Dimanche 7 avril, le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden a estimé dans un entretien au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung que "la tendance internationale va vers un échange automatique d'informations bancaires. Nous n'y sommes plus strictement opposés".

L' Allemagne et la France vers une position commune

Ce dont Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, s'est réjoui, dans un entretien à paraitre le 9 avril prochain, dans le Saarbrücker Zeitung: "je salue chaque démarche qui va en direction d'un échange automatique d'informations" bancaires.

Wolfgang Schäuble et Pierre Moscovici ont décidé de lancer une offensive contre le secret bancaire. Les deux ministres des Finances doivent ainsi adopter un position franco-allemande concernant le blanchiment d'argent.

En parallèle, Pierre Moscovici a souhaité, sur Europe 1, dimanche 7 avril, que l'Union européenne se dote d'un dispositif de type "Foreign account tax compliance act" (Fatca) américain, qui permettrait "un échange d'informations automatiques" sur les comptes bancaires entre les différents pays de l'Union.

> A lire également:

- La France et l'Allemagne en pointe contre l'évasion fiscale

J.M. avec Reuters