BFM Business

Donald Trump pourrait relâcher la pression sur Huawei

Le logo de Huawei.

Le logo de Huawei. - AFP

Du côté de la Maison-Blanche, on ouvre la porte à un possible assouplissement des sanctions contre le géant chinois des télécoms. Mais « ce n’est pas une amnistie générale », prévient le conseiller économique du président américain.

Vers un assouplissement des sanctions contre Huawei ? Le jour même de la trêve conclue avec la Chine, samedi dernier, Donald Trump laissait déjà entendre que les Etats-Unis pourraient desserrer l’étau des sanctions contre le géant chinois des télécoms. « Les entreprises américaines peuvent vendre leur équipement à Huawei », assurait l’hôte de la Maison-Blanche lors d'une conférence de presse à l’issue du sommet du G20 d'Osaka. « Nous parlons là d'équipement qui ne pose pas de grand problème de sécurité nationale », précisait-il.

Elément clef de l’accord qui devrait relancer des négociations commerciales entre les deux pays, la levée partielle des restrictions américaines visant le fabricant chinois semble se mettre en route, même si les termes du président américain sont encore trop vagues pour savoir si la position américaine vis-à-vis de Huawei a véritablement changé. « Ce n'est pas une amnistie générale », a en effet prévenu le jour suivant son conseiller économique Larry Kudlow, assurant que les Etats-Unis comprenaient « les risques énormes » concernant le géant technologique.

Les ventes de composants technologiques américains à l'équipementier chinois ne concerneront que les produits disponibles à large échelle dans le monde, ce qui exclura les équipements les plus sensibles. « Tout ce qui va se passer c'est que le Département du Commerce va accorder des licences supplémentaires lorsqu'il y a une disponibilité générale » pour les composants dont le groupe a besoin, a précisé Larry Kudlow sur Fox News. « Les préoccupations en matière de sécurité nationale demeureront primordiales », a-t-il averti.

Encore sur la « liste noire »

Huawei ne quitte néanmoins pas encore la « liste noire » américaine pour les exportations sur laquelle le groupe a été placé le mois dernier, a confirmé le conseiller économique de Donald Trump, ajoutant que les préoccupations plus générales concernant Huawei seraient abordées lors la reprise des discussions. Point épineux du conflit sino-américain, les Etats-Unis craignent que les systèmes fabriqués par Huawei, premier équipementier mondial en télécoms et numéro 2 des smartphones, puissent être utilisés par Pékin à des fins d'espionnage – ce qui nie vigoureusement Huawei.

En marge du G20 d’Osaka, Donald Trump et son homologue chinois Xi jinping ont convenu samedi d’une trêve dans la guerre commerciale et technologique entre les deux premières puissances économiques mondiales. Washington a notamment renoncé à taxer encore davantage les importations chinoises. Les deux dirigeants se sont entendus pour relancer les négociations devant aboutir à un grand accord commercial, mais sans donner ni calendrier ni détails sur les concessions qui auraient permis de relancer les discussions.

La rédaction