BFM Business

Chypre: les dessous de l'accord

Chypre et ses partenaires ont trouvé un accord dans la nuit de dimanche 24 à lundi 25 mars

Chypre et ses partenaires ont trouvé un accord dans la nuit de dimanche 24 à lundi 25 mars - -

Dans la nuit de dimanche 24 à lundi 25 mars, Chypre, l'Union européenne et le FMI ont finalement trouvé un accord pour sauver le pays. Laiki Bank va être sacrifiée. Mais des questions se posent encore.

Il y a eu au cœur de la nuit de dimanche 24 à lundi 25 mars un accord entre Chypre et la zone euro. Il s'agit d'un "plan complet et crédible pour traiter les défis économiques auxquels est confronté le pays", a déclaré, lundi matin, la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

Le gros de la facture va être payé par le FMI et la zone euro. Le plan a été validé. Ceux-ci vont donc injecter 10 milliards d’euros sur les 17 milliards du plan de sauvetage.

Pour le reste, Laiki bank, la deuxième banque du pays, va être sollicitée. Elle va venir recapitaliser les autres banques via ses gros déposants. Cela signifie qu’elle est mise en faillite. Elle va être liquidée, et l’ensemble des dépôts supérieurs à 100.000 euros au sein de cette banque vont être gelés. Cet argent va servir à recapitaliser les autres banques.

Les dépôts de Laiki, au-delà de 100.000 euros, s’élèvent à un peu plus de 4 milliards d’euros. Cela sera sûrement insuffisant. Donc, il est prévu de se servir des dépôts supérieurs à 100.000 euros au sein de Bank of Cyprus, la première banque du pays, qui échappe, elle, à la faillite.

Ainsi, les clients de cet établissement, possédant des dépôts de plus de 100.000 euros, devront accepter de perdre "environ 30%" de leur épargne, a indiqué, ce lundi, le porte-parole du gouvernement Christos Stylianides.

Incertitude sur la réouverture des banques

Bonne nouvelle pour les petits épargnants, les dépôts inférieurs à 100.000 euros sont garantis. De plus, le pays reste dans la zone euro.

Seule inconnue, la date de réouverture des banques. Cela devait être demain, mardi 26 mars. Finalement, cela sera "dès que possible". Il y a beaucoup de précautions à prendre pour éviter la fuite des gros dépôts.

>> A lire aussi - Notre dossier sur la crise chypriote

BFMbusiness