BFM Business

Chine : premier recul du marché automobile en plus de 20 ans

Un recul en 2018, et une tendance à la stagnation évoquée pour 2019. Le marché automobile chinois vit aussi une importante phase de transition.

Un recul en 2018, et une tendance à la stagnation évoquée pour 2019. Le marché automobile chinois vit aussi une importante phase de transition. - LIU JIN / AFP

Le marché automobile chinois s'est contracté sur 2018 et baisse de 2,8%. Du jamais vu depuis les années 90.

Le chiffre était attendu. Mais la forte dégradation du marché automobile chinois reste une des principales sources de préoccupation pour l'ensemble de l'industrie. Avec une baisse de 2,8% sur l'ensemble de l'année 2018, les ventes de voitures en Chine repassent sous la barre des 30 millions, selon l'association chinoise des constructeurs (AACM), après plusieurs révisions à la baisse en cours d'année.

Et les mois à venir ne s'annoncent pas plus brillants. L'association table même sur une stagnation des ventes sur l'ensemble de l'année 2019, en première estimation. Elles devraient donc tourner autour des 28 millions de voitures vendues, sans plus. Le marché sera confronté aux mêmes difficultés que cette année, avec en plus une forte pression concurrentielle, selon les professionnels du secteur. 

Décroissance violente depuis l'été

Les raisons de la baisse du marché automobile chinois sont connues. Il est soumis aux mêmes incertitudes que l'ensemble du marché mondial, sur fond de craintes de ralentissement de la croissance économique (en Chine en particulier), du climat ambiant de guerre commerciale, des nouvelles règles antipollution à venir dans les grandes villes et de la pression réglementaire générale sur l'industrie autour des problématiques d'environnement.

Ce qui explique le retournement violent d'un marché qui aura connu des années de croissance ininterrompue, croissance qui a commencé à se tasser à 3% sur 2017. A partir d'août 2018, le marché chinois n'a fait que décroître, mois après mois, avec des baisses à deux chiffres. Le mois de décembre aura été particulièrement négatif, avec un repli de 13% sur un an, et de quasiment 14% par rapport à novembre.

Forte progression de l'électrique

Une situation inquiétante pour les autorités officielles, qui ont d'ores et déjà appelé les industriels locaux à faire preuve de modération dans leurs investissements, pour se préparer à un marché désormais plus difficile, sans doute plus sélectif et plus incertain. Ils sont même incités à réorienter leurs décisions stratégiques notamment en faveur des véhicules propres.

De fait, c'est le seul segment qui affiche une forte progression sur 2018, avec une hausse de 61,7% des ventes, dont 38,2% sur le seul mois de décembre. Mais cela ne concerne qu'un peu plus d'1 million de véhicules, soit autour de 3% du marché seulement, et pour le moment les analystes ne voient qu'un faible potentiel de progression pour 2019, à un peu plus d'1,6 million de véhicules.

Enveloppe d'aides publiques à venir

Un contexte difficile, qui inquiète aussi les grands constructeurs étrangers présents commercialement et industriellement en Chine, et pour qui ce marché représentait jusqu'à présent un îlot de croissance, où beaucoup d'entre eux continuent d'investir massivement.

Les professionnels se tournent donc encore une fois vers les pouvoirs publics. Et après des mois de rumeurs et de revirements autour des aides à l'achat de véhicules neufs, les autorités chinoises de planifications semblent favorables au lancement de nouvelles subventions, sans donner plus de détail pour le moment. Les analystes estiment que cela pourrait amener un vrai coup de fouet en fonction de ce qui sera annoncé, un rebond chiffré à 7% dans le meilleur des cas.

Une nouvelle enveloppe de subvention semble être l'unique moyen de raviver un marché qui reste confronté à un phénomène dont il est l'illustration en un sens : le ralentissement inéluctable de la croissance industrielle chinoise. Une phase de transition qui pourrait se prolonger sur le long terme.