BFM Business

Cet Américain a pris sa retraite à 30 ans

Peter Adeney lors d'une conférence, fin 2012.

Peter Adeney lors d'une conférence, fin 2012. - Jérémy Wohwinkle - Flickr

Peter Adeney a quitté le monde du travail 9 ans seulement après y être entré, afin de fonder une famille. Son secret? Vivre modestement et épargner une très grande partie de son revenu.

En France, l'âge légal de départ à la retraite est de 62 ans. Peter Adeney n'en avait même pas la moitié quand il a pris la sienne, quelques jours avant son 31ème anniversaire, en 2005. Et quand on lui demande pourquoi si tôt, sa réponse fuse. "Lorsque ma femme et moi-même avons décidé de fondé une famille vers 24-25 ans, nous avons réalisé que nos carrière allaient contredire notre objectif de devenir de bons parents. Nous nous sommes dits qu'il serait alors idéal de quitter notre travail avant d'avoir notre premier enfant", explique-t-il à Forbes.

Mieux connu aux États-Unis sous le nom de Mr Moustache Money qui est aussi le nom du blog sur lequel il prodigue des conseils à des centaines de milliers d'internautes curieux de son mode de vie, Peter Adeney n'est pas un cas unique en son genre. 

Des traders ont également pris une retraite anticipée, comme l'Australien Greg Coffey (surnommé le "magicien d'Oz") parti en 2012 à 41 ans avec 430 millions de livres (640 millions de dollars) en poche. Le Texan John Arnold, également trader, avait, lui, fait la même année ses adieux à 38 ans. Mais à l'époque, il était devenu la troisième fortune de Houston avec 3,5 milliards de dollars.

Des dépenses comprimées

Peter Adeney lui ne travaillait pas la finance. Il était un ingénieur informatique, comme sa femme. Selon ses propres dires, leurs rémunérations était celles d'un "employé de base de la high tech", soit 40.000 dollars par an pour les jeunes diplômés. "Sur les neuf années de notre vie active, ma femme et moi gagnions chacun, en moyenne, 63.000 dollars", affirme-t-il.

Moins de 5.000 euros par mois, chacun... Des salaires décents, mais pas mirobolants pour autant. Comment dès lors Peter Adeney a pu partir à la retraite si jeune? Réponse: en mettant énormément d'argent de côté grâce à un train de vie d'ascète. Durant les neuf années où sa femme et lui ont travaillé, leurs dépenses n'ont pas dépassé 36.000 dollars par an, y compris les remboursements de son crédit immobilier (1.200 dollars par mois).

Précisons au passage que contrairement à bon nombre d'Américains, Peter Adeney n'avait pas de prêt étudiant. A l'époque où il faisait ses études, il menait déjà un train de vie modeste. Ses parents lui avaient donné un coup de pouce (10.000 dollars) et il avait obtenu différentes bourses.

Pas de restaurant ou de Starbucks

Du côté des autres dépenses, sa femme et lui ne consacrait pas plus de 50 dollars par semaine (70 dollars à l'heure actuelle, selon ses propres calculs) en alimentation. Ses secrets? Manger peu de viande et cuisiner à la maison des aliments de base plutôt que d'acheter des plats tout faits, comme des pizzas.

Surtout, Peter Adeney a fait d'énormes économie en appliquant une règle majeure que peu d'Américains suivent: ne pas avoir d'automobile. Il évalue à 30.000 dollars l'argent que perd chaque année un ménage dans une voiture. Le jeune retraité s'était ainsi débrouillé pour vivre à chaque fois à proximité de tout ce dont il avait besoin (comme son travail), de sorte qu'un vélo lui a toujours suffit pour se déplacer. 

Dans la même logique, Adeney a évité les sorties au restaurant ("si vous dépensez 100 dollars par semaine, cela fait 75.000 dollars en 10 ans"), les visites chez le coiffeur, ou de prendre des cafés chez Starbucks. Des petites dépenses qui mises bout à bout représente, après 10 ans, la valeur d'une voiture de luxe.

Son fils comme disciple

en s'offrant tout de même quelques semaines de vacances à Hawaii et en Nouvelle-Zélande, le couple est ainsi parvenu à épargner environ les deux-tiers de ses revenus, placés dans un plan d'épargne retraite et dans des produits d'épargne indexés sur les marchés boursiers. et au bout de 10 ans, sa femme et lui avaient épargné environ 800.000 dollars. De plus et non des moindres, Peter Adeney avait également entrepris des travaux de rénovation dans une maison achetée lorsqu'il travaillait. Si bien qu'il a mis celle-ci en location et en a acheté une autre bien moins chère.

Ce bien lui rapporte 25.000 dollars de loyers nets d'impôts par an, soit grosso modo ce que son ménage dépense à l'heure actuelle chaque année. Car Peter Adeney mène toujours une vie très modeste et continue d'épargner. Les dividendes que lui rapporte l'argent placés sur des fonds indexés sur les marchés sont toujours réinvestis. Ce qui n'est pas négligeable. A l'heure actuelle cela peut tourner autour de 12.000 dollars par an, indique-t-il au Washington Post.

En plus de cela, le jeune retraité devenu papa reconnaît avoir quelques rentrées supplémentaires. IDe temps en temps il joue les charpentiers amateurs pour sa famille ou ses amis. Ce qui lui fait un peu d'argent. Sa femme a, elle, obtenu une licence d'agent immobilier. Même si elle n'accepte pas de "véritables" clients, elle aide de temps en temps un ami à acheter une maison, ce qui lui permet de toucher une petite commission. Enfin, Peter Adeney affirme que son blog lui fait gagner un peu d'argent (il ne chiffre pas exactement ses revenus). Mais il compte reverser ces rentrés complémentaires à des œuvres de charité.

Et il y a de fortes chances que son fils suive son exemple, comme il l'affirmait au Washington Post en 2013: "À l'âge de sept ans, il est clairement en train de devenir un bon disciple. Il va à l'école en bicyclette, même quand il fait moins -6°C dehors. Il préfère construire ses jouets avec moi dans l'atelier plutôt que les acheter directement en magasin, car il n'est que très peu exposé aux publicités. Sa tirelire se remplit ainsi à la vitesse grand V". Qui sait, peut-être partira-t-il à la retraite encore plus tôt que son papa.