BFM Business

Brexit: les inquiétudes des patrons de Total et Renault

Patrick Pouyanné (à gauche), PDG de Total et Carlos Ghosn (à droite) celui de Renault

Patrick Pouyanné (à gauche), PDG de Total et Carlos Ghosn (à droite) celui de Renault - Bryan Thomas et Éric Piermont - AFP

Patrick Pouyanné, le patron de Total, et Carlos Ghosn, celui de Renault, ont tous les deux souligné les risques que pose la sortie de l'UE par le Royaume-Uni, lors des rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Le principal dommage du Brexit pour les entreprises est qu'elles font face à des "incertitudes". C'est ce qu'ont estimé samedi les patrons de l'alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn et du groupe pétrolier Total Patrick Pouyanné.

S'exprimant dans le cadre des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Carlos Ghosn s'est dit "inquiet". "Pas à cause du Brexit, mais inquiet à cause de l'incertitude que cela provoque", a-t-il précisé.

"Les entreprises sont capables de s'adapter à tout, à toutes les situations, qu'elles soient bonnes ou qu'elles soient mauvaises", a-t-il assuré.

Incertitudes, instabilité

L'effondrement de la livre est "une mauvaise nouvelle pour tous les constructeurs". Par ailleurs, Nissan possède au Royaume-Uni une grosse usine d'assemblage, employant 8.000 personnes, a-t-il indiqué.

"C'est une usine européenne qui est basée en Grande-Bretagne", a-t-il insisté. "Forcément on est dans une situation d'incertitude. On est un peu inquiets, jusqu'à ce que les choses soient claires", notamment sur "le nouveau statut de la Grande-Bretagne" vis-à-vis de l'Union européenne, a ajouté Carlos Ghosn.

"C'est un élément de plus d'incertitude, d'instabilité, dans un monde qui fait face à plein de difficultés d'ordre géopolitique, avec Daesh, avec l'Ukraine, on a des crises financières à répétition, on rajoute le Brexit", a renchéri Patrick Pouyanné, PDG de Total.

"Le seul message que je voudrais faire passer c'est qu'il faut aller vite", a-t-il plaidé, jugeant qu'entrer dans un épisode long risquait de "détruire la confiance".

J.M. avec AFP