BFM Business

L'Assemblée vote en faveur d'un coup de pouce de l'Etat pour les salaires des aides à domicile

Une aide à domicile avec un habitant de Saint-Apollinaire, dansl es Hautes-Alpes, en juillet 2011.

Une aide à domicile avec un habitant de Saint-Apollinaire, dansl es Hautes-Alpes, en juillet 2011. - JEFF PACHOUD / AFP

Grâce à une enveloppe de 150 millions d'euros cette année, puis de 200 millions en année pleine, les aides à domicile devraient bénéficier d'une augmentation de près de 15% de leur salaire dès le mois d'avril.

L'Assemblée nationale unanime a voté jeudi soir en faveur d'une enveloppe de 150 millions d'euros en 2021 puis 200 millions à partir de 2022, pour augmenter les salaires des aides à domicile, qui interviennent chez des personnes âgées ou handicapées.

Un amendement du gouvernement en ce sens au projet de budget de la Sécu a été approuvé par 128 voix.

"Oui, nous allons avancer avec volontarisme pour revaloriser les métiers et les salaires" des aides à domicile, a lancé la ministre déléguée à l'Autonomie Brigitte Bourguignon, qui doit présenter en 2021 une réforme de l'aide aux personnes âgées vulnérables.

Avec ce soutien budgétaire, "notre priorité sera de résorber impérativement les bas salaires", a ajouté la ministre. Les aides à domicile sont actuellement "des travailleurs pauvres" et le métier, exercé la plupart du temps par des femmes, est "sous-valorisé, sous-reconnu", a souligné le ministre des Solidarités Olivier Véran.

Gauche et droite ont salué ce "petit pas". L'Insoumis François Ruffin a défendu avec succès un amendement pour inscrire l'objectif de "dignité" de ces professionnelles de l'aide à domicile, via cette enveloppe.

Une augmentation de près de 15%

Le dispositif proposé par l'Etat est un "cofinancement avec les conseils départementaux", compétents en matière d'aide à domicile: l'enveloppe débloquée par le gouvernement doit financer la moitié de cette revalorisation, à charge pour les départements qui accepteraient d'entrer dans cette démarche de financer l'autre moitié. Une hausse de salaire de 15% est visée.

Ce dispositif doit entrer en vigueur en avril prochain, et sera ainsi doté de 150 millions d'euros pour 2021, puis 200 millions par an en année pleine.

"C'est une victoire collective", s'est félicitée Agnès Firmin Le Bodo (Agir ensemble), rappelant que "pendant la crise" sanitaire, ces salariées "ont évité de nombreuses hospitalisations" de personnes âgées ou handicapées. Et "on va encore avoir besoin d'elles dans les semaines à venir" avec la deuxième vague du Covid-19.

"C'est mieux que rien, mais on est très loin du compte", avait souligné de son côté avant le vote de la mesure par l'Assemblée Thierry d'Aboville, le secrétaire général de l'ADMR, le principal réseau associatif d'aide à domicile. Au vu des rémunérations très basses, qui rendent les métiers concernés peu attractifs et entraînent de grandes difficultés de recrutement, "il nous faudrait au moins 600 millions, uniquement dans notre branche associative qui représente 70 à 80% du secteur", avait précisé Thierry d'Aboville.

En parallèle de cette nouvelle mesure de revalorisation, selon la même méthode Etat-départements, une "prime Covid" exceptionnelle de 1.000 euros par salarié (dont la moitié financée par l'Etat) a déjà été versée à un grand nombre d'aides à domicile, en vertu d'un dispositif annoncé en août par Emmanuel Macron. Sur 101 départements, 83 ont accepté son versement.

C.C. avec AFP