BFM Business
Entreprises

Victoria Beckham structure sa griffe

Victoria Beckham ici à Londres lors d'un défilé de sa griffe en 2019.

Victoria Beckham ici à Londres lors d'un défilé de sa griffe en 2019. - NIKLAS HALLE'N / AFP

Pour la toute première fois, Victoria Beckham défile ce vendredi à Paris, à l’occasion de la Fashion week féminine. Une consécration pour la créatrice, qui a obtenu la reconnaissance du métier, mais cherche, enfin, à atteindre la rentabilité.

Quatorze ans après le lancement de sa griffe, Victoria Beckham est une créatrice reconnue. Sa marque est vendue dans une cinquantaine de pays dans le monde, elle a défilé à Londres et à New York. Mais son entreprise n'est, elle, toujours pas rentable. Selon la presse britannique, elle a accumulé 60 millions d'euros de dettes... Elle n'a plus organisé de défilé depuis 2020 et la pandémie.

La crise n'a pas aidé, mais les difficultés sont en réalité bien antérieures. Dès 2018, d'ailleurs, elle s'est entourée de pointures du secteur pour l'aider à relever la barre.

Des pointures du secteur pour atteindre la rentabilité

Elle a nommé comme PDG l'ancienne patronne des achats du Printemps, Marie Leblanc de Reynies, et comme Président de son conseil d'administration Ralph Toledano, qui a dirigé plusieurs maisons ainsi que la Fédération française de la haute couture.

Sa mission, depuis quatre ans: "structurer la marque", en fusionnant par exemple les deux lignes de prêt-à-porter ou en lançant des lignes d'accessoires et de produits de beauté.

"Financièrement on vient de loin", a-t-il concédé récemment.

Mais Ralph Toledano table sur un retour à l'équilibre pour cette année. La marque compte aujourd'hui 250 points de vente dans près d'une cinquantaine de pays.

Pauline Tattevin