BFM Business

WePod, la navette autonome sur les routes de Hollande dès novembre

Conçu par le Français EasyMile, ce projet fait partie du programme européen Citymobil2.

Conçu par le Français EasyMile, ce projet fait partie du programme européen Citymobil2. - EasyMile

À quelques jours de l’ouverture à Bordeaux de l’ITS, le rendez-vous mondial de la voiture autonome et de la ville connectée, une petite française se prépare à parcourir les routes des Pays-Bas avant de transporter des personnes en 2016.

Jusqu’à il y a quelques mois, la voiture autonome était synonyme de Google Car. C’est désormais fini. Chaque pays dévoile peu à peu son projet de voiture sans chauffeur et la France est plutôt bien placée. Si de grandes marques de l’auto sont sur les rangs, parmi lesquelles Valéo (Akka), PSA (C4 Citroën) ou Renault (NextTwo), un constructeur moins connu a la ferme intention de se faire une place dans cette industrie du futur. Il s’agit d’EasyMile avec la WePod qui, lors du Salon de l’auto de 2014, avait été dévoilée sous le nom de code EZ10. Conçu par le français, ce projet fait partie du programme européen Citymobil2.

Les premiers pas de ce véhicule, dont la forme fait plus penser à un wagon de tram qu’à une voiture, seront modestes. Dès novembre, il parcourra la dizaine de kilomètres qui séparent les villes de Wageningen et Ede à une vitesse de croisière de 25 km/h avec des pointes maximum de 40 km/h. Et comme le précise le Telegraph qui révèle le projet, il ne sera pris aucun risque. Les navettes WEpod ne rouleront ni aux heures de pointe, ni la nuit et encore moins par mauvais temps.

Une navette 12 places pour les trajets urbains

Même s’il s’agit de tests, l’opération veut que le public y participe activement. Pour cela, une appli a été développée pour que s’inscrivent ceux qui désirent faire un voyage sans chauffeur.

Ils découvriront un intérieur très particulier. Pas de volant, ni aucun système de pilotage apparent. Les six passagers sont assis sur deux banquettes de trois places installées face à face et six autres feront le trajet debout.

EasyMile
EasyMile © EasyMile

Car, en fait, ce projet ne s’adresse pas aux particuliers, mais aux municipalités qui voudraient offrir un mode de transport public alternatif. EasyMile propose trois types d’usages : un mode "métro" avec lequel le véhicule s’arrêtera à heures fixes dans des stations, un mode "bus" qui circulera sur une boucle définie et un mode "taxi" qui permettra aux usagers de commander un véhicule.

Si ces essais se déroulent aux Pays-Bas, les Français peuvent eux aussi voir des voitures autonomes sur les routes de l’Hexagone. Le 14 septembre PSA a fait rouler sa C4 Picasso autonome sur les routes d’Ile-de-France. Pour la NextTwo de Renault, les tests démarreront en fin d’année.

Quant à l’Akka de Valéo, elle sillonnera les routes d’Aquitaine dans quelques jours lors de tests en réels qui se dérouleront lors du congrès ITS qui démarrera le 5 octobre.

Pascal Samama