BFM Business

VTC: un impact non négligeable sur les ventes de voitures

Selon l'Ademe, les VTC auraient impacté la ventes de voitures particulières à hauteur de 3%.

Selon l'Ademe, les VTC auraient impacté la ventes de voitures particulières à hauteur de 3%. - AFP

Selon l’Ademe, les VTC auraient permis de supprimer en France entre 20 et 30.000 véhicules depuis 2010. Le parc automobile français aurait ainsi reculé de 3%.

Cette étude de l’Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) ne va pas plaire aux concessionnaires. L'arrivée des VTC (voitures de transport avec chauffeur) n’a pas seulement eu un impact sur les taxis et les transports en commun. Les véhicules avec chauffeur auraient aussi incité les Français à renoncer à s’acheter un véhicule. L'Agence estime qu’"entre 21.000 et 30.000 voitures" auraient été "supprimées en France" grâce aux différents services de VTC.

Le secteur automobile pâtit de ce mode alternatif de transport, lancé au début des années 2010, avec une diminution de 3% du parc automobile que les 6.626 personnes interrogées pour cette enquête "attribuent directement à l'influence des VTC", indique cette étude pilotée par la principale agence environnementale française.

Ainsi, 6% des personnes interrogées déclarent s'être abstenues d'acquérir une voiture, ce qui pourrait "avoir évité l'achat de 93.000" véhicules par des particuliers en France. En se fondant sur le nombre de VTC en circulation, "entre 21.000 et 30.000 voitures" auraient ainsi déjà été "supprimées en France" dévoile encore cette étude.

Vers une "démotorisation" des ménages"

Pour savoir si ce changement d'habitude a un impact sur l'environnement, il faudra attendre. Pour Yann Tréméac, chef de service adjoint du service Transports et Mobilité de l'Ademe, "cette étude est une première étape; d'autres travaux seront nécessaires pour apporter des connaissances sur l'environnement avec notamment l'emploi d'une méthodologie complexe pour quantifier les émissions de CO2".

Si 1,5 million de personnes font appel aux services des VTC en France, "en terme environnemental, l'étude semble indiquer qu'il n'y a pas d'augmentation du trafic et que leur utilisation a plutôt un impact sur la "démotorisation" des ménages", argue Yann Tréméac.

Simultanément le VTC a fait perdre des parts de marché en premier lieu aux taxis. Avant d'avoir recours aux VTC "les usagers utilisaient le taxi 2,2 jours par mois en moyenne" contre "0,5 jour par mois" aujourd'hui.

En concurrence directe également avec les transports en commun, impactés dans une moindre mesure, les clients des VTC les délaissent chaque mois "un jour de moins (...) et continuent de les prendre 13,5 jours par mois." Enfin, 1% des clients des VTC se sont séparés d'un deux-roues motorisé et 4% ont renoncé à s'en offrir un.

Finalement, conclut cette enquête, "le seul mode de déplacement dont la fréquence d'usage augmente (légèrement) consécutivement à l'adoption des VTC est la marche" : les usagers arpentent le bitume en moyenne 0,4 jour de plus par mois.

P.S. avec AFP