BFM Business

Volkswagen sur le point de nouer un accord financier aux États-Unis

Volkswagen reste visé par de nombreuses investigations à travers le monde.

Volkswagen reste visé par de nombreuses investigations à travers le monde. - Odd Andersen - AFP

Le constructeur allemand devrait pouvoir tourner la page du dieselgate aux États-Unis. Volkswagen serait sur le point de conclure un accord à plus de 2 milliards de dollars avec les autorités américaines.

Tout va rentrer dans l'ordre pour Volkswagen en 2017. Le constructeur allemand est en effet en passe de conclure un accord à "plus de 2 milliards de dollars" avec les autorités américaines pour mettre un terme à l'enquête pénale sur les moteurs diesel truqués aux États-Unis, affirme le New York Times vendredi.

Cet arrangement financier entre le géant allemand et le département de la Justice (DoJ) pourrait être annoncé "dès la semaine prochaine", selon le quotidien, et marquerait une étape cruciale pour refermer ce retentissant scandale en évitant un procès.

Un milliard supplémentaire

Fin 2015, Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures, dont 600.000 aux États-Unis, d'un logiciel faussant le niveau réel d'émissions de gaz polluants. Pour mettre un terme aux actions civiles engagées aux États-Unis, le géant allemand s'est déjà engagé à débloquer un plan d'indemnisation de 14,7 milliards de dollars prévoyant notamment le rachat ou la remise aux normes de quelque 480.000 voitures concernées.

Volkswagen devra également verser au moins un milliard de dollars supplémentaire pour régler le cas de quelque 80.000 voitures de grosses cylindrée équipées de moteurs truqués, même si le détail exact de ce plan d'indemnisation doit encore être approuvé par la justice.

Séparément, en juin dernier, le groupe avait également trouvé un accord à 603 millions de dollars avec 44 États américains, ainsi que le District de Columbia, qui comprend la capitale fédérale Washington, et Porto Rico.

Le constructeur allemand, qui a essuyé des pertes trimestrielles en 2015 pour la première fois en 20 ans en raison du scandale, reste visé par de nombreuses investigations à travers le globe, notamment en Europe.

N.G. avec AFP