BFM Business

Volkswagen présente la facture du scandale des logiciels truqueurs

Mathias Mueller, le PDG de Volkswagen, va devoir composer avec toutes les conséquences du scandale des émissions polluantes.

Mathias Mueller, le PDG de Volkswagen, va devoir composer avec toutes les conséquences du scandale des émissions polluantes. - Jewel Samad - AFP

"Le groupe allemand a passé des provisions de 16,2 milliards d'euros pour faire face au "dieselgate". Volkswagen a annoncé ce vendredi une perte historique de 1,6 milliard d'euros et un dividende en chute libre."

Si l'on se doutait que le scandale des logiciels truqueurs aurait de fâcheuses conséquences financières pour Volkswagen, l'ampleur de celles-ci restait un mystère. Ce vendredi, le groupe allemand a livré de nouvelles indications. Le premier constructeur automobile d'Europe annonce une perte de 1,6 milliard d'euros au titre de 2015, et dit s'attendre à une baisse de 5% de son chiffre d'affaires cette année.

En outre, Volkswagen a indiqué avoir passé des provisions de 16,2 milliards d'euros. Celles-ci doivent permettre au groupe aux douze marques (Volkswagen, Audi, Porsche, Seat, etc.) de couvrir les frais liés aux mesures techniques et commerciales adoptées dans l'affaire des moteurs diesel truqués, mais également d'affronter d'importants risques juridiques.

Les bonus des dirigeants en partie gelés

Enfin, mauvaise nouvelle pour les actionnaires de Volkswagen, puisque l'entreprise compte abaisser drastiquement leur rémunération. Elle proposera en effet un dividende de 0,17 euro par titre de préférence, contre 4,86 euros un an plus tôt.

Mauvaise nouvelle également -quoique relative- pour ses dirigeants, puisque Volkswagen va geler 30% des bonus des neuf membres de son directoire pour 2015. Ceux-ci susceptibles d'être versés dans trois ans si la performance boursière est au rendez-vous.

Le groupe a également expliqué que, faute d'un accord définitif avec la justice américaine, il n'était pas en mesure de rendre publiques les premières conclusions de l'enquête indépendante menée par le cabinet Jones Day sur le rôle de ses dirigeants dans le dossier du diesel.

Y.D. avec AFP