BFM Business

Vélib': "Il y aura beaucoup moins de vols" assure le PDG de Smoove

Laurent Mercat était l'invité de BFM Business ce jeudi

Laurent Mercat était l'invité de BFM Business ce jeudi - BFM Business

Invité de BFM Business, le fondateur de Smoove estime que la défaite de JC Decaux tient à la fois au coût pour Paris et les communes alentour mais aussi au système d'attache des vélos mis en place qui réduira nettement le vandalisme.

Le Vélib' a donc changé d'exploitant pour les quinze prochaines années. Le 4 mai dernier, le tribunal administratif de Paris a rejeté le recours de JCDecaux, confirmant de facto la victoire du consortium Smoovengo.

Ce dernier est composé des parkings Indigo, de Movencia une entreprise catalane de transports publics et de Mobivia, spécialiste de la réparation automobile (Norauto, Midas). Ce groupe est également actionnaire de Smoove, la PME montpelliéraine qui fournira à la fois les vélos et les stations Vélib'.

"C'est une affaire absolument colossale, c'est pour nous une consécration: gagner le projet de vélo en libre-service hors Chine", se réjouit Laurent Mercat, le fondateur de Smoove, sur BFM Business.

Chiffre d'affaires multiplié par 10

Selon ce dernier, le contrat décroché par Smoovengo va permettre à son entreprise de décupler son chiffre d'affaires qui s'élevait à 9 millions d'euros l'an passé. "Nous nous sommes préparés. Il y aura peut-être de la surchauffe, mais nous avons anticipé et nous recrutons", insiste Laurent Mercat.

Sur ce sujet, le fondateur de Smoove a tenu à rassurer les 315 salariés de Cyclocity, la filiale de JCDecaux en charge de l'entretien du parc Vélib', qui craignent pour leurs emplois. "Nous les considérerons bien évidemment car nous n'avons pas des personnes qui attendent au bas de l'immeuble pour travailler chez nous. Nous sommes respectueux de l'engagement jour-nuit des personnels qui ont travaillé pour Cyclocity", a-t-il ajouté.

Laurent Mercat est ensuite revenu sur les raisons qui ont conduit Paris et les communes alentour à préférer l'offre de Smoovengo à celle de JCDecaux. La clé de la victoire tient au système de verrouillage des vélos qui complique le vol. Laurent Mercat s'attend ainsi à une nette diminution du vandalisme. "La collectivité a transféré le risque vol et vandalisme à l'exploitant que nous sommes", rappelle-t-il dans un premier temps. "Nous avons couvert ce risque avec un certain pourcentage en évaluant qu'il y en aurait quand même (des vols, ndlr). Mais nous prenons le pari qu'il y en aura beaucoup moins car nos systèmes sont coriaces", poursuit-il.

Le prix avant tout

Plus globalement, c'est évidemment le critère prix qui a fait la différence. "Les communes autour de Paris sont très sensibles au prix. Le Vélib' est un super service mais il coûte cher et les communes comme Montreuil nous disaient toutes 'attention je prendrai le service dans son extension que s'il est abordable pour les finances publiques dans un contexte de réduction de dotations publiques".

Par ailleurs, Laurent Mercat a, mercredi, lors d'une conférence de presse, a affirmé qu'il était "très probable que la tarification augmente", jugeant que le prix actuel (un abonnement de 29 euros par an) "n'a pas grand-chose à voir avec le réel". Il précisait néanmoins "n'avoir aucune envie d'augmenter le tarif de manière importante".

J.M.