BFM Business

TER trop larges: RFF paiera l'intégralité des travaux

RFF explique que les 50 milliards de coûts représentent 1% des investissements annuels programmés.

RFF explique que les 50 milliards de coûts représentent 1% des investissements annuels programmés. - -

Alors que la polémique enfle sur les travaux de rabotage de plus de 1.300 quais, RFF et la SNCF ont publié un communiqué pour indiquer que les 50 millions d'euros que représentent ces opérations ont déjà été budgétés.

C'est une façon pour RFF et la SNCF de calmer l'incendie. Ce mercredi 21 mai, le débat enfle autour des informations révélées par le Canard Enchaîné et confirmées par les deux entreprises indiquant que 1.300 quais de gare devraient être rabotés pour laisser passer 2.000 nouveaux TER trop larges.

La question du coût de ces travaux, de 50 millions d'euros, inquiète les élus locaux qui craignent que les régions soient mises à contribution. Ce ne sera pas le cas.

En effet, dans un communiqué publié ce mercredi, RFF et la SNCF rappellent que les 50 millions d'euros ont déjà été budgétés. "Ces travaux d’adaptation de 1.300 quais font partie d’un plan d’action défini en 2012, qui représente 50 millions d’euros, ce qui représente 1% des 4 milliards d’euros annuels d’investissements consacrés à la maintenance, modernisation et développement du réseau", peut-on lire exactement.

La lettre de RFF

Avant ce communiqué, Alain Rousset, le président de l'Association des régions de France, avait de toute façon dissipé les doutes. "Je viens de recevoir un message du président de RFF, Jacques Rapoport, qui me confirme que c'est RFF qui prend sur ses ressources propres, et non sur ses conventions avec les régions, le financement du rabotage des quais", avait–il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

Dans cette lettre, dont l'AFP a obtenu copie, Jacques Rapoport confirme que "ces travaux seront, dans leur intégralité, réalisés et financés dans le cadre du programme d'investissements de RFF. De ce fait, ils n'auront aucun impact sur les péages d'infrastructure ou sur les redevances de quai".

J.M. avec AFP