BFM Business

Stationnement payant: à Paris, les nouveaux "PV" pleuvent

Les bons vieux PV ont été remplacés par des forfaits post-stationnement et les verbalisations assurées par des sociétés privées sont très nombreuses. (image d'illustration)

Les bons vieux PV ont été remplacés par des forfaits post-stationnement et les verbalisations assurées par des sociétés privées sont très nombreuses. (image d'illustration) - Damien Meyer - AFP

À Paris, les deux sociétés privées s'occupent de la gestion du stationnement sur le voie publique sont très performantes. Plus de 50.000 forfaits post-stationnement ont été apposés sur les pare-brises des contrevenants.

Instauré au 1er janvier 2018, le forfait post-stationnement fait recette. Dans Paris, où les missions de contrôle du stationnement et de verbalisation ont été confiées à deux sociétés privées (Indigo et Urbis Park), le nombre de ces "PV" qui ont changé de nom semble croître fortement. Dans la capitale, sillonnant les rues à pied ou au volant de leurs Renault Zoé équipées de caméras spécifiques, les agents de ces deux entreprises peuvent effectuer jusqu'à 50.000 contrôles par jour.

Selon la radio RTL, ce sont justement 50.000 contraventions qui ont été dressés par ces agents depuis le 1er janvier 2018. Pour rappel, dans Paris, oublier de payer son stationnement ou dépasser la durée autorisée peut coûter cher. Le territoire de la capitale a été découpé en deux zones. Dans la première le montant du forfait post-stationnement a été fixé à 50 euros. Dans la seconde à 35 euros. Jusqu'au 31 décembre 2017, les traditionnelles contraventions de stationnement revenaient à 17 euros pour l'automobiliste pris en défaut.

RTL précise que "le nombre de paiements spontanés s'est envolé de 40% dès la première semaine par rapport à la même période l'année dernière". En effet, si les automobilistes règlent leur dû dans les quatre jours après réception du FPS, son montant est minoré (35 au lieu de 50 euros ou 25 au lieu de 35 euros). En outre, moins de 1% des automobilistes auraient contesté leur contravention. 

A.M.