BFM Business

SNCM: le PDG de Veolia confirme attendre un euro de la vente

Antoine Frérot, le PDG de Veolia, était l'invité de Sébastien Couasnon dans Good Morning Business ce 10 juillet.

Antoine Frérot, le PDG de Veolia, était l'invité de Sébastien Couasnon dans Good Morning Business ce 10 juillet. - -

Veolia compte bien vendre sa participation dans SNCM pour un euro symbolique. Son PDG, Antoine Frérot, a décrypté les intentions du groupe, ce jeudi 10 juillet sur BFM Business.

Une sortie de crise a finalement été trouvée mercredi 9 juillet, à l'issue d'une réunion entre les syndicats, les représentants du gouvernement et de la direction de la SNCM. Le Kalliste, le paquebot de la Méridionale bloqué au port depuis une semaine, a été libéré. Les syndicat ont obtenu quatre mois de répit pour proposer une solution alternative au redressement judiciaire.

Reste encore Veolia, dont le problème n'est pas solvé. Le groupe, actionnaire de la SNCM à 66%, cherche à se débarrasser de ses parts depuis des mois. L'entreprise serait d'ailleurs prête à céder pour un euro la participation qu'il détient via Transdev, coentreprise formée avec la Caisse des dépôts, a-t-on appris hier de source proche du dossier.

Sur BFM Business ce jeudi 10 juillet, Antoine Frérot confirme: "Transdev est vendeur de sa participation". Pour un euro symbolique? "Bien sûr", répond le PDG.

Veolia abandonnerait donc ses 117 millions d'euros d'encours dans la compagnie maritime. Mais pour le patron, "ils sont déjà perdus, ils ne seront pas recouvrés".

Une seule solution: le redressement

Quoi qu'il en soit, Antoine Frérot le répète, encore et encore, "la seule solution pour sauver la liaison entre Marseille et la Corse est le redressement judiciaire, c'est le seul moyen d'effacer l'amende de Bruxelles".

Il faut donc "se mettre sous la protection du tribunal de commerce le plus rapidement possible pour sauvegarder un maximum d'argent pour financer une restructuration".

"Je ne préconise pas la liquidation. On a bloqué la Corse et Marseille, on a saccagé leur économie, alors que c'est la seule liaison qu'on puisse sauver", assure le PDG de Veolia. "Les autres, à destination du Maghreb, sont structurellement déficitaires".

Le titre de l'encadré ici

|||

L'accord entre syndicats et direction de la SNCM

> 60 millions de dédommagement pour l'avarie du Bonaparte pour faire tourner la SNCM

> Jusqu'à fin octobre pour bâtir un projet

> Jusqu'à fin novembre pour le présenter aux personnels

> Moratoire de 4 mois, cadre sécurisé jusqu'en fin d'année, qui permet de chercher une autre solution que le redressement judiciaire

N.G.